Choisir d’allaiter : mon petit chemin (qui sent pas la noisette)

C’était un samedi matin : on a fait le test. Deux même pour être sûrs : pas folle la bête, les faux positifs ou les tests qui déconnent, ça arrive hein.
Mon Ours ne voulait pas être là pour voir le résultat. Je l’ai fait quand il était sous sa douche. Quand il est sorti, je l’entendais, émue, les larmes aux yeux. Je lui ai dit :
– « Regarde. »
Il m’a répondu :
« – Euh, ça veut dire quoi ces deux traits roses ??
– Ben…
– C’est bon ou c’est pas bon ? J’y connais rien à ces trucs-là.
– Ben c’est bon !! »
Et on s’est pris dans les bras. Un peu de moi un peu de lui poussait désormais au creux de mon ventre.
On a tout de suite aimé cet enfant qui grandissait en moi. On a tout de suite su qu’on voulait le meilleur. Manger bio pendant la grossesse, régime strict pour pas choper la myxomatose euh non, la toxo (l’autre c’est le truc des lapins, mais mon Ours confondait parfois)… mais allaiter…
Au début, je ne sais pas pourquoi, l’idée de donner le sein à mon enfant me dégoûtait, purement et simplement. A m’en soulever le cœur. Les seins, c’était sexuel pour moi : il y avait peut-être un peu de ça.
Mais donner le biberon de lait artificiel, ça ne correspondait pas non plus à ce que je voulais pour mon futur bébé. Je suis une petite-fille de paysan, la terre, c’est mes racines. Et bien manger est au cœur de ma culture. A quoi ça sert que je mange bio toute la grossesse si je donne du lait artificiel à mon enfant ??
Une multitude de questions se bousculaient dans ma tête – en plus de celles ô combien essentielles « quelle poussette choisir », « lit blanc ou rose », « tapis à poils Ikea ou en mouton du Vercors ».
Puis, au fur et à mesure que cet enfant grandissait, il devenait plus concret. Et là : je l’ai sentis. Vraiment. Il était en moi, je le portais, je le nourrissais… Je l’aimais.
Mon homme, lui, n’avait pas d’avis. Il m’a dit que l’allaitement, ça serait bien, mais que le choix, c’est moi qui l’avait. C’est moi qui décidais. Et quelle que soit cette décision, il me soutiendrait (ouais je sais, mon Ours il déchire). Et là, dans mon cœur et mon corps grandissait aussi cette envie, insoupçonnable au départ : celle d’allaiter ce petit bout.
Indécise, peu confiante, je n’étais pourtant pas convaincue à 100 %… Je crois, avec le recul, que j’avais peur de ne pas m’en sentir capable… de ne pas me sentir capable d’être mère.
Ce qui était sûr, c’est que je ne pouvais pas dire « oui » à l’allaitement ou « non » sans avoir essayé. Ce n’était pas moi.
Jusqu’à la naissance j’ai douté. Puis, cela a été comme une évidence. Elle est née, toute rose, toute chaude, toute dodue. On me l’a posé sur moi. Puis on m’a proposé de la mettre au sein. La première tétée a été un électrochoc. C’était si naturel, si magique, si intense, si doux (ouais bon ça picote aussi un peu). Quand j’ai vu ce petit bout saisir mon sein et dévorer, cela m’a donné un bonheur immense.
Alors toi là, si tu te poses la question : laisses-toi le choix d’avoir le choix. Mais ne te prive pas d’un tel plaisir, d’une expérience charnelle si intense.
Avec du recul, même si mon allaitement s’est passé comme il s’est passé, je pense qu’il m’a aidé à établir le lien avec ma fille et m’a aidé à devenir un peu maman, par ce rôle nourricier si « magique ».

Publicités

5 réponses à “Choisir d’allaiter : mon petit chemin (qui sent pas la noisette)

  1. Pingback: Je t’ai pas dit : je suis une Seinte ! «·

  2. « laisses-toi le choix d’avoir le choix. » :c’est ce qu’on devrait dire à toutes les futures mamans. Quand on te présente un nouveau plat, il faut bien goûter pour savoir si on aime ou pas…

    J’espère que ton prochain allaitement se passera mieux. Je n’en doute pas car tu sais maintenant où trouver de l’aide, et puis si tu es là c’est que malgré ta 1ère expérience tu es une seinte convaincue. Je te souhaite donc le bonheur de vivre un jour un allaitement long.

  3. c’est un super témoignage, d’une pas convaincue avant, pour une fois.
    j’adore aussi ta phrase « laisses-toi le choix d’avoir le choix »
    c’est aussi ce que je me dis souvent, c’est tellement dommage de ne pas essayer, ils (maman et bébé) ratent quelque chose de fort…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s