Hommage aux mamans victimes de la Grève de la Tétée

Aujourd’hui, je voudrais rendre hommage à toutes ces mères que j’ai soutenu de près ou de loin qui ont souffert d’un sevrage précoce voire instantané de la part de leur bébés.

On appelle ça une grève de tétée, le mot fait frémir toutes les mères allaitantes parce que c’est bien un des rares sujets en allaitement qu’on ne peut jamais maitriser. On ne sait pas quand ça commence, ni quand ça se termine… si ça se termine…

Il peut y avoir différentes raisons à une grève de tétée, ça peut etre un pic d’angoisse qui survient souvent aux alentours de 8/9 mois, ça peut etre une grosse peur pour différentes raisons, ou bien un gros mal de dents, ou encore un petit virus qui provoque des douleurs (oreilles, gorges, voir langue (muguet)). Bref il peut y avoir une tonne de raisons qui peuvent déclancher une grève de tétée.

J’ai très souvent remarqué qu’une grève survient souvent au moment ou bébé souffre de ses poussées dentaires et ne sais pas encore que quand il ferme fort sa machoire sur le mamelon de sa maman, celle ci se met à pousser un cri strident, à faire des bonds sur place et n’est pas toujours très tendre avec bébé sur le coup. (je le dis pour l’avoir vécu, faut reconnaitre que ça fait super mal, particulièrement quand on s’y attend pas).

Alors souvent, bébé se rend compte instantanément qu’il a fait mal à sa maman et je pense que ça le marque profondément. A tel point qu’il semblerait qu’il a tellement peur de refaire mal à sa maman qu’il n’ose plus téter.
Dans ces cas là, il faut faire preuve d’une grande patience, surtout pas de forcing, il ne faut pas avoir peur de parler à son bébé, lui expliquer, lui dire qu’on a confiance en lui. Il faut renouer le contact physique par des bains à deux, des cododos à volonté, du portage intensif, car par tous les moyens, bébé a besoin d’etre rassuré. Et maman aussi.
Il arrive qu’une grève de tétée s’interrompt d’elle meme, lorsque bébé tete dans un demi-sommeil, d’ou l’importance du cododo.
Dans tous les cas, il est nécessaire de s’assurer que bébé ne souffre pas en parallèle, des oreilles ou de la gorge par exemple. Même sans fièvre cela peut arriver. Ou encore d’un muguet… Ce n’est pas toujours visible mais ça peut le géner pour téter. Pour etre totalement rassurée j’aurais tendance à conseiller une petite visite chez le médecin. Bien sur au médecin ne lui parlez pas de la fameuse grève de tétée, si il n’est pas pro-allaitement il ne saura meme pas de quoi vous parlez, et il vous dira qu’il faut absolument le compléter au biberon.

Chose qu’il vous faudra à tout prix éviter…

En effet un bébé qui n’a jamais reçu de biberon ou qui n’en reçoit que lorsque sa mère est absente et de façon occasionnelle, aura plus de chance d’interrompre sa grève ou plus vite que les autres.

Ma puce m’a fait le coup une fois, suite à une morsure et à ma réaction que je décris plus haut, elle avait 8 mois pile, je me souviens encore de son regard terrorisé et rempli de tristesse après mon hurlement.
Elle qui était plus qu’accroc à mon sein, elle n’a plus voulu s’approcher de mon sein pendant plus d’une journée. Ce fut pour moi un moment de stress incroyable, je savais que ce n’était plus qu’entre elle et moi, personne ne pouvait nous aider (à part les conseils de base). Tout se jouait à ce moment là, et je n’étais en aucun cas prete à la voir se sevrer définitivement.
Je crois qu’aucune maman ne l’est dans le cas d’une grève.

Pour ma puce, tout est rentré dans l’ordre très rapidement, il faut dire qu’elle n’avait jamais vu un biberon de sa vie, et le besoin de téter et le gout de mon lait lui manquait. Après ça, elle ne m’a plus jamais mordu, et je voyais qu’elle s’appliquait vraiment à ne plus me faire mal, c’est fou comme un bébé de cet age peut comprendre, j’ai trouvé ça magique.

Pour une grève qui dure plus longtemps, n’oubliez pas de continuez à stimuler votre lactation (au tire lait électrique double pompage vous gagnerez du temps) et proposez à votre bébé plutot des laitages à prendre à la cuillère, et votre lait à boire à la tasse, au verre, à la pipette, tous les moyens sont bons pour éviter de faire téter un biberon.

Faites-vous soutenir par les personnes qui savent, n’en parlez pas trop aux personnes qui ne savent pas, pour éviter les « tu l’as déjà allaité X mois, tu n’as aucun regret à avoir, c’est formidable » ou les « c’est ton bébé qui décide, il préfère passer à une autre forme d’alimentation » et j’en passe. Les gens ne pensent pas à mal, bien au contraire, ils le pensent vraiment en plus, mais ils ne se rendent pas compte de ce que peut ressentir une maman dans ces moments là, ce sentiment de rejet qu’elle peut éprouver, ce vide intense, les hormones en chute libre, ce n’est pas rien.

En effet, c’est le bébé qui décide. Cependant quand il décide après un choc émotionnel ou après une douleur génante, ce n’est pas très épanouissant, ni gratifiant pour la maman… Il y a de quoi penser qu’on aurait pu éviter ça, sauf qu’on peut jamais prévoir, ni cette situation, ni nos réactions, ni celles de bébé. Et il y a de quoi penser qu’on peut encore l’aider. Parce qu’on SAIT qu’il en a encore besoin, et que nous aussi.

Lors d’un sevrage naturel en bonne et due forme, le bébé et la maman ont le temps de s’y faire doucement, voire très doucement (je parle pour moi là). En principe quand le bambin s’arrete naturellement de téter, la maman est plus que prete au sevrage.

Mais lors d’une grève, là c’est différent. On se sent à part, vraiment à part. Et seule, si seule.

Je le sais pour l’avoir vécu à travers toutes ces mamans, j’ai presque pu ressentir en parallèle leur détresse, je me suis sentie souvent complètement impuissante, avec cette impression d’avoir donner toutes les clés, mais peut etre en ai-je oublié une, oui mais laquelle ? Alors souvent je passe la main, peut etre qu’une animatrice LLL ou une autre copine spécialiste ou professionnelle en la matière aura d’autres idées ? d’autres pistes ? Il se crée alors une espèce de ronde ou toutes ces personnes là se tiennent la main pour aider celle du centre. Mais lorsque tous les efforts sont vains, celles du centre finit par s’isoler, le temps de chercher en elle la force de tourner cette page, en se répétant inlassablement qu’elle a fait tout ce qu’elle a pu, que son bébé a décidé qu’il passait à autre chose. On ne s’en rend pas toujours compte mais il s’agit là d’un véritable deuil.

Je voudrais dire à toutes ces mamans qui se reconnaissent que je sais qu’elles trouveront en elles les ressources pour combler ce manque de l’allaitement, de ce contact physique si intime et unique, je sais que l’amour du couple mère/enfant ne se résume pas qu’à une histoire d’allaitement et quand on sait tout ce qu’elles se sont battus pour sauver leur allaitement, il parait logique qu’elles vont transferer cette force autrement.

Je voudrais aussi leur dire que je les admire pour leur patience et leur courage, et qu’elles sont maintenant en mesure de faire partie de cette ronde pour aider à leur tour une autre maman témoin et victime de la souffrance qu’exprime son bébé à travers son refus de téter.

Si le coeur vous en dit de venir témoigner ici, vous frappez à la bonne porte.

Billet originalement publiée par Titane sur son blog On ne dort pas, le 21 janvier 2011.

Publicités

32 réponses à “Hommage aux mamans victimes de la Grève de la Tétée

  1. Cest tout à fait cela. Se sentir Inutile et délaissée. C’est déchirant. C’est douloureux, physiquement et psychologiquement.
    Merci Titane.

  2. il avait 9 mois.
    c’était un vrai junkie du néné
    grève de tété…je le comprenais « il ne veut plus de moi »

    je lui ai donné pendant 2 semaines la possibilité de revenir, malgrès les contacts proches il y avait comme une barrière entre mon bébé et moi
    …soldé par un sevrage.
    puis petit a petit nous avons trouvé de nouveaux rituels et j’ai dépassé le stade « mais si je ne l’allaite plus, je lui sert a quoi moi ? »

    j’ai la chance d’avoir un médecin qui a trouvé les mots pour m’appaiser. ça n’a pas été le cas de l’entourage
    dommage je n’étais pas une « seinte » a ce moment.

    bon courage a toutes les mamans qui le vivent (ou le vivront)

  3. Ma puce n’a jamais fait de grève, mais s’est sevrée naturellement, beaucoup trop tôt à mon goût, mais pour cause de grossesse en cours….. L’arrêt de l’allaitement, c’est dur, et la grève, des copines l’ont vécu, et c’est super dur. Tu décris ça avec justesse et émotion, alors merci

  4. Ah les grêves, quelle horreur ! On a beau y être préparée, on ne peut s’empêcher d’angoisser : et si c’était réellement fini… Et la frustration de ne pas pouvoir en parler sans s’entendre dire « bah x mois c’est déjà exceptionnel »…

    Ma grande m’en a fait plusieurs, notamment pendant ma grossesse, mais elle est toujours revenue. Ouf !

    Aujourd’hui, ma grande a 3 ans et ne semble pas décidée à abandonner les tétées, mais moi je me sens prête depuis plusieurs mois maintenant, même si j’aurai certainement un pincement au coeur le moment voulu…

    Par contre, je me permets un bémol ou plutôt une précision sur ton billet : en cas de grêve mollo sur les produits laitiers car plus un enfant prend de lait à l’extérieur, moins il tète à la source. Donc on peut lui proposer la même quantité de produits laitiers qu’en temps normal (c’est à dire quand il n’y a pas grêve), mais pas plus pour compenser, malgré notre peur que loustic manque de quelque chose. Dans ces cas là, je conseille même carrément de supprimer tous les produits laitiers en attendant la reprise des tétées, un enfant en bonne santé et diversifié ne risquant pas de carences en quelques jours.

    Bon courage à toutes les mamans de petits grêvistes. Et même si c’est loin d’être facile, gardez confiance !!!

  5. pfff ça met la chaire de poule et les larmes aux yeux ! Plein de courage à Mc Maman si tu traverses ça!!

  6. Beau billet qui nous montre encore l’importance d’être bien entourée quand on allaite, de se créer un réseau afin de savoir qui contacter en cas de problème.

  7. Ma fille a tout juste 1 mois et demi et ça fait 15 jours que je la sèvre. En sortant de la maternité, elle avait perdu du poids, alors la pédiatre m’a dit de lui donner un complément en biberon…Et arriva ce qui arriva, ma source laitière commençait à se tarir. Alors à moi, le tire-lait, les infusions « allaitement » pour restimuler mes montées de lait. Au bout de 4 jours de labeurs, ça revient. Ma fille a bien repris du poids (tu parles, avec les biberons en plus, le contraire m’aurait étonné)….LA pédiatre me conseille de continuer à lui donner le biberon vu qu’elle buvait plus de 30 ml (parfois 60ml) au biberon. La source s’est de nouveau tari. Alors, comme mon tempéramment c’est « tout ou rien », j’ai décidé de la sevrer et de passer au biberon. Il m’a fallu faire un gros travail psychologique pour arrêter de culpabiliser, d’arrêter d’avoir mal quand je m’imaginais ne plus la voir téter mes seins…..C’est dur quand même. Il ne me reste plus que 2 tétées, j’en profite !
    Je reste une seinte dans l’âme !!

    • Ton allaitement n’est pas perdu !! Si tu souhaites continuer à l’allaiter, tu peux la remettre au sein ++++++, tirer ton lait (manuellement ou avec un tire-lait) pour stimuler ta lactation, utiliser un DAL (dispositif d’aide à la lactation) pour qu’elle reprenne progressivement de plus en plus le sein tout en ayant du lait (LA au début puis le tien ensuite), la motiver par du peau-à-peau intensif, les siestes ensemble, etc.
      Qu’en penses-tu ?

      • Vous êtes supers sympa Emmanuelle et Fleur. J’aurais vraiment aimé poursuivre. J’ai déjà fait tout ce que vous me dites : tire-lait, la mise aux deux seins jusqu’à ce qu’elle les lâche d’elle même (en y restant le temps qu’elle voulait), la stimuler autant que possible….soit toutes les 3 heures ( y avait rien à faire, c’est une grande dormeuse). J’ai consulté le site de la leche league pour provoquer une nouvelle stimulation ; j’ai lu attentivement l’article que l’augmentation de la lactation….Mais comme je l’ai dit, après avoir eu mes nouvelles montées de lait au bout de 4 jours, ça c’est tarit de nouveau à cause de ce biberon qu’on me disait de donner. En plus, au fur et à mesure du temps, elle s’énervait au sein (je lâche et reprends le téton, je me tords, je râle, j’aggrippe le sein de maman avec force,…) Bref, vu qu’elle tétait moins, elle produisait moins de lait. Il arrivait rarement, qu’elle soit repue avec une tétée…mais pas suffisamment à mon gout. Et je vous avoue avoir eu peur qu’elle ne perde encore du poids en m’obstinant à ne lui donner que le sein.
        J’ai fait un gros travail psychologique à ne plus culpabiliser, à accepter qu’il n’y ait plus ce partage entre elle et moi, cette fusion (putain que c’était bon !!!)….
        Mon allaitement avec ma première fille avait super bien fonctionné et j’accepte de me dire que je n’ai pas fait le même bébé. Ma fille ainếe était une goulu, qui malgré des reflux (régurgitation après chaque tétée) prenait tout de même 1 kg par mois, ma petite dernière elle ne l’est pas.

        Comme je vous l’ai dit, j’ai encore 2 tétées, dont une que je vais faire sauter car, elle s’énerve sur le sein gauche (celui qui a toujours produit le moins) au point d’en être en nage !!!!

        Merci encore pour vos messages, ça me touche beaucoup. Je sais pertinement que ça fait tôt mais ce sera au moins ça que je lui aurait donné.

        Qui sait, si je fais un 3ème enfant, ça pourra marcher !!!

    • oh oui si vraiment tu veux continuer d’allaiter ne baisse pas les bras si vite !
      etre une seinte c’est parfois un combat semé d’embuches…mais quelle fierté de dire « il a grandit avec MON LAIT, le meilleur pour lui »
      n’abandonne pas si vite.
      une de mes amies a vécu la meme chose que toi, on a été plusieurs a la booster…et sa puce a tété pendant 8 mois ! (jusqu’a une grève elle aussi)

      tu peut stimuler un max ta lactation et la mettre au sein plus souvent. rapproche toi de la leche league ou une autre assoc’ d’allaitement par ex…les pédiatres sont souvent des nazes

      bon courage.

      • Merci beaucoup Perrine. J’ai accepté ce sevrage même si une partie infime de moi le regrette. Mais, je sens ma fille beaucoup plus zen parce que je le suis aussi. Et comme m’a dit une amie puéricultrice : « Vaut mieux une maman cool au biberon qu’une maman stressée au sein ». Cette phrase m’ a beaucoup déculpabilisé et m’a aidé à bien prendre le sevrage. Merci encore Perrine.

  8. M’est arrivé une fois… effectivement, je ne m’y attendais pas, et il m’a mordu…
    Disons que depuis peu, il est comme joueur avec mon téton : il me regarde, le mordille plus ou moins gentillement, plus ou moins aggressivement et sourit…
    Moi, ben j’ai hurlé comme une dingue tellement j’ai cru qu’il m’avait transformé en carpaccio sans me prévenir le hooligan ^^…En tous les cas, durant la journée qui a suivi il a refusé le sein…j’ai eu peur que ce soit « pour de bon » !
    Et finalement non ; mais il arrive encore qu’il me morde le soir, allez savoir pourquoi ça semble lui plaire !..

  9. De passage pour la première fois sur ce blog, cet article m’a interpelée… c’était il y a 3 ans 1/2… j’ai vécu une telle déchirure. J’ai pourtant frappé à la porte de ma copinaute allaitante, elle m’a soutenue, encouragée… la conseillère en allaitement aussi… mais rien n’a pu nous faire passer ce mauvais cap. Des jours et des semaines de pleurs incontrôlables. C’était si dur de devoir faire une croix sur cette relation si spéciale, si pure! Mais j’en ai fait mon deuil et je suis fière de ce merveilleux allaitement qui a duré 1 an. Aujourd’hui, quand je vois la relation que nous avons avec ma fille, je suis si heureuse d’avoir fait ce chemin avec elle, d’avoir toujours été fidèle à mes convictions et d’avoir su recréer un nouveau lien, une continuité qui nous a rendues plus fortes. Merci pour ce très beau texte que vous avez posté. Il m’a beaucoup émue!

  10. Bonjour,

    Ma fille de 11 mois est en grève de tétée depuis maintenant 6 jours et je n’arrive pas à me consoler. Elle a cessé de téter suite à une réaction vive de ma part après morsure et depuis elle refuse catégoriquement le sein malgré des contacts privilégiés. J’ai l’impression qu’elle est déjà en train de passer à autre chose tandis que moi ça me déprime complètement. J’ai peur de ne pas arriver à créer un nouveau lien affectif satisfaisant avec elle car le lien d’allaitement était si parfait…
    Avez-vous eu cette expérience ? Réussi à la dépasser ?

    • Je t’invite à venir en discuter sur la page FB ou tu pourras avoir de nombreux conseils rapidement ou à m’envoyer un mail à jesuisuneseinte@gmail.com
      Nous sommes nombreuses à avoir traversé cette épreuve, et 6 jours, c’est tout à fait « rattrapable ».
      Idéalement, peux tu rencontrer une autre mère qui allaiterait devant toi ? Il faut un déclic à ta fille, et ce genre de chose marche généralement bien. Sinon, dormir avec elle, prendre le bain, rester disponible sans insister… et tirer ton lait en lieu et place de chaque tétée pour entretenir ta lactation.
      A très vite (mais pas ici)

  11. Pour l’avoir vécu il y a peu,
    ton article me donne des frissons à le lire !
    Merci à toi, pour tes précieux conseils …

  12. Je suis en plein dedans… Mon p’tit coeur a bientôt 11 mois et grève depuis 6 jours déjà… Et pas de solution. Je suis tellement malheureuse, impuissante. Tu décris ce sentiment très bien… Je continue le combat, mais parfois je sens la résignation qui pointe le bout de son nez… Et les proches qui n’aident pas. Mon chéri ne me soutient pas vraiment. Il a de la peine à comprendre mon acharnement. Je suis désespérée…

  13. Pingback: Sevrage naturel, mon oeil ! « Nad'In'Box·

  14. J’ai pleuré en lisant ce témoignage.C’est mon histoire.Une grève de la tétée à 13 mois suite à une otite, une morsure et des biberons lors de la reprise du travail.
    Un an après cet arrêt,il me reste un sentiment d’inachevé malgré notre relation qui s’est enrichie autrement…

  15. Tout ce que j’espère, c’est que ça ne m’arrive jamais !

    Très beau billet en effet !

  16. Je vous ai lu ce matin quand ma fille dormait encore. 4 jours qu’elle ne voulait plus que je l’allaite. Et 14 mois oui pas si mal mais sûre au fond de moi que c’était trop tôt. Dans ces moments-là, quand même les proches plein de bonnes intentions ne savent pas nous aider c’est sur internet qu’on peut trouver du soutien… J’ai tenté un dernier câlin en peau-à-peau à l’heure de sa sieste, j’ai lutté contre elle pour lui faire avaler quelques gouttes et magie! elle a de nouveau tété. Merci et bon courage à celles qui passent par là.

  17. Bjr,
    Juste un temoignage pr donner un peu d espoir ma fille de dix mois a fait une greve de sein de trois jours suite a une fuevre plus pousee dentaire, le seul moment ou elle le prenait c est pdt son sommeil une fois sur deux. Des que la fievre a disparu elle l a repris. Je sais que c est dur hommage aux mamans ayant vecu cela

  18. Je suis en plein dedans depuis mardi. Je suis fatiguée et déprimée. En ce moment même mon Loulou de 7 mois hurle et je sais que je ne vais pas pouvoir le consoler en lui donnant le sein. Quelle tristesse… Merci pour le post, je me suis bien reconnue..

  19. Je tenais a dire qu’en vous lisant c’était ce que je ressentais. Ma fille d’un an me fait je rn sais trop quoi. Elle tête la nuit (une tétée entre 4 et 6h) et me refuse la journée. Je suis au début de la 3eme semaine et j’ai vraiment beaucoup de mal. Et bien suŕ, comme vous le dites si bien, personne rn comprend et j’ai droit a des remarques que je n’ai point envie ou besoin d’entendre. J’avoue être désemparée, perdue, déçue, frustrée, triste, et touchée par le refus de ma fille. Jusque-là je travaillais 3joirs par semaine mais la je suis en vacances et je pense que je vais avoir bcp de mal… Surtout que c’est quand MM bien pratique de dégainer et de pas avoir a penser a comment on fait quand on est a l’extérieur… La je suis perdue 😦

  20. Quel article … j’en ai les larmes aux yeux pour le vivre actuellement depuis plus de 3 semaines avec mon fils de 9 mois et demi … je continue à lui proposer, on cododote la deuxieme partie de la nuit, pas de bain par contre car pas de baignoire.
    Mais 3 semaines c’est ultra long comme grève, quand je lis partout que cela ne dure pas plus de quelques jours..
    Le tire lait et moi cela n’a jamais bien marché .. mes seins ne veulent pô !
    J’ai donc peur de me tarir …
    argf pas facile tout ça hein !!!!

  21. je suis en plein dedans, mon fils à 8 mois et refus de téter depuis 5 jours et en lisant cet article je culpabilise en me disant que c’est peut être de ma faute… car il m’a mordu le téton et je l’ai engeulé…
    .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s