Isabelle Steffan, consultante en lactation

Isabelle Steffan-Robert est une Seinte : à 47 ans, elle a élevé et allaité 3 beaux enfants aujourd’hui grands, aide et soutient les futures et jeunes mamans dans leur volonté d’allaiter leurs bébés. Côté pro, elle est consultante en lactation, côté perso elle est animatrice de La Leche League à Angers (49).
Elle nous parle des ses allaitements et répond avec franchise et douceur à mes questions !

Petite histoire de ses allaitements :
Ma première enfant : allaitée 3 mois et sevrée par manque d’infos (ou plutôt pour cause d’infos erronées) à 3 mois. J’ai retrouvé dernièrement la fiche que m’avait remise la SF à la sortie de la mater qui donnait un plan de sevrage bien précis pour pouvoir reprendre le travail . A l’époque (1988) je recherchais un emploi (que je n’ai finalement trouvé qu’aux 6 mois de ma fille) et je pensais qu’il fallait que mon bébé soit sevré. Mais j’étais plutôt fière d’avoir allaitée si longtemps, il faut dire que le contexte était plutôt au non-allaitement et je ne connaissais personne qui allaitait autour de moi.

Deuxième enfant : pendant ma grossesse, j’entends une maman qui parle de La leche League lors des réunions de préparation à la naissance. Après la naissance de mon bébé, je cherche un prétexte pour appeler l’animatrice de la région (je pensais qu’il fallait avoir un problème d’allaitement pour appeler !) et je la contacte alors que mon bébé a 4 semaines pour lui demander des informations sur la façon de concilier allaitement et reprise du travail. Je reçois un accueil très chaleureux au téléphone et je suis invitée à passer chez elle le lendemain pour rechercher des doc. Je repars de chez elle avec l’Art de l’allaitement maternel sous le bras. Cette rencontre va changer ma vie puisque 1- je décide de ne pas reprendre le travail pendant un an (à l’époque (1992) l’allocation parentale d’éducation n’était versée qu’à partir du 2ème enfant, je ne pouvais donc pas y prétendre et nos revenus n’étaient pas mirobolants). 2 – j’assiste aux réunions LLL très régulièrement, 3- peu avant de reprendre le travail, je demande à suivre la formation pour devenir animatrice LLL.
J’oubliais ! ce bébé a été allaité 4 ans 1/2, il s’est sevré lorsque nous lui avons appris qu’un autre bébé était en route.

Troisième enfant : elle nait quelques mois après mon accréditation d’animatrice LLLF, après bien des soucis à la naissance (suspicion de mucovicidose, interdiction de l’allaiter pendant 24 heures, puis allaitement au biberon… grrrr !). Elle se sèvrera la veille de son entrée en CP, à 6 ans moins 2 mois.

1. Parle-nous de ton parcours : comment es-tu devenue consultante et pourquoi ?
J’ai commencé par me former au sein de LLLF pour devenir animatrice, j’ai animé mes premières réunions et j’appréciais beaucoup de répondre aux questions des mères au téléphone et d’en apprendre chaque jour plus sur l’allaitement. Pendant des années, je me suis informée toujours plus sur l’allaitement afin de répondre aux mieux aux demandes des parents. Un beau jour, je me suis décidée à demander une formation DIF à mon employeur pour financer la formation et je l’ai obtenu ! (17 ans après ma première rencontre avec LLL et 12 ans après mon accréditation LLL)

2. Une consultation : comment ça se passe concrètement ?
Les mères me contactent généralement par téléphone ou par mail et je leur fixe un rendez-vous le plus rapidement possible (le jour même parfois ou le lendemain). Je me rends à leur domicile et nous commençons par discuter de ce qui les inquiète. Je laisse beaucoup parler la maman afin de bien comprendre la situation et je pose quelques questions précises pour obtenir les informations qui me sont utiles. Je propose ensuite généralement de voir le bébé téter afin d’évaluer sa succion. J’analyse ce qui se passe et j’explique aux mères d’où proviennent leurs difficultés pour ensuite leur suggérer des pistes pour améliorer la situation. Je demande toujours si la solution que je propose leur convient et si elle ne leur convient pas, nous cherchons ensemble d’autres pistes.
J’emmène avec moi tout un attirail (des sondes pour confectionner des DAL, un DAL, une soft-cup et un special need pour monter à quoi ça ressemble, des téterelles de différentes tailles pour le tire-lait, des bouts de sein en silicone de différentes tailles) afin de mettre tout de suite en place quelque chose qui permette au bébé d’obtenir du lait.

3. Quels sont les problèmes les plus courants que tu constates en consultation ?
Ce sont souvent de gros problèmes de succions car les parents font appel à moi quand ils ont épuisé toutes les autres ressources (pédiatre, sage-femme…). Je vois des bébés qui n’arrivent pas du tout à attraper le sein, d’autres qui semblent téter, mais qui ont une succion totalement inefficace. À chaque fois c’est un défi de taille !

4. Une consultation, une mère qui t’a particulièrement marquée, où tu t’es sentie particulièrement utile par exemple, ou que tu n’oublieras jamais ?
Toutes les consultations ou presque me marquent. Le papa qui soutien + + + sa femme et qui participe activement à la consultation en posant de nombreuses questions et en donnant son avis, Cette maman qui pensait que le problème venait d’elle mais qui n’avait pas envisagé que son bébé n’arrivait pas à téter correctement … généralement, les mamans se mettent une grosse pression et pensent qu’elles sont fautives, qu’elles s’y prennent mal. Il est important de les valoriser en leur montrant tout ce qu’elles ont déjà mis en place, avant d’intervenir pour que leur bébé aille prenne leur lait.

5. Ton rôle dans la LLL est différent, comment allies-tu ton métier et ta vocation associative ?
Pas facile effectivement de conjuguer les deux. Pour clarifier les choses, j’ai 2 numéros de téléphone : quand on m’appelle sur ma ligne privée, à la maison, j’ai ma casquette LLL et je suis une bénévole, une mère qui répond à une autre mère. Quand on m’appelle sur mon portable, je suis une professionnelle de l’allaitement et je propose un rendez-vous.
En tant qu’animatrice LLL, mon rôle principal est de faire se rencontrer les mères, c’est à dire d’organiser et d’animer des réunions autour de l’allaitement afin que les mères entendent diverses expériences et se sentent soutenues par un groupe de femmes qui allaitent.
Mon rôle de consultante en lactation est différent : je suis alors une professionnelle de l’allaitement qui cherche avec la mère une solution à une difficulté d’allaitement.

Merci à Isabelle, que tu peux retrouver sur son site mine d’or d’infos : Accompagner l’allaitement à Angers et sur sa page Facebook.

Publicités

8 réponses à “Isabelle Steffan, consultante en lactation

  1. Pingback: Revue presse miche du 6 novembre 2011 « Je suis une Seinte·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s