Quand l’allaitement réveille la tigresse qui sommeille en toi

Mon premier bébé est né (il y a 6 ans) à 34 semaines d’aménorrhée, et on me l’a tout de suite « volé » pour l’amener en service de néonatologie (alors que ce n’était absolument pas nécessaire) et le shooter au Nestlé à l’insu de mon plein gré.
J’ai tout de même stimulé mes seins au tire-lait, et squatté le service néonat (aux horaires autorisés, attention, les touts petits bébés n’ont visiblement pas besoin de la mère tout le temps) afin de pouvoir donner le sein à mon bébé.

Lors de l’une de ces tétées dans l’intimité du lactarium aseptisé et en compagnie d’une bonne demi-douzaine de couples mère-bébé, j’ai compris ce que cela pouvait vouloir dire que d’être mère, et mammifère à la fois.

Les tétés étaient évidemment programmées dans l’horaire et aussi dans la longueur, c’était 30mn et pas une de plus. Ce jour là, Teo tétait goulument, j’ai cru qu’il allait s’étouffer tellement il se régalait. L’heure à sonné et une infirmière aux ongles peints en rouge pétard est venue prendre les bébés. Elle a alors commis une erreur gravissime : elle a posé ses pattes griffues sur mon doux bébé pour me l’arracher. Mon sang n’a fait qu’un tour, je pense que je suis devenue rouge écarlate, j’ai enveloppé mon bébé dans mes bras et je l’ai sommée de ôter immédiatement ses mains de là et de partir très vite avant que je ne la griffe de haut en bas sans laisser une parcelle de sa peau en bon état. Mon bébé n’a pas lâché le sein, et la monstrueuse infirmière est partie à la hâte.

Ce jour là j’ai eu droit à une bonne demi-heure de rabe, c’est une autre infirmière qui est venue chercher Teo, après avoir pris la peine de me demander si nous avions fini et si j’allais bien. Ce jour là j’ai aussi compris qu’il se passait quelque chose de magique entre mon sein de mon bébé, et que gentille fille sage et confiante en le corps médical venait de se transformer en félin sans pitié. Deux jours plus tard je ramenais mon bébé à la maison, 6 ans plus tard, mes griffes sont encore prêtes.

Aujourd’hui ce service de néonatologie a signé un accord avec le groupe de soutien à l’allaitement local et a corrigé ces pratiques.

Par Raquel.

Publicités

9 réponses à “Quand l’allaitement réveille la tigresse qui sommeille en toi

  1. graaaooouu !! j’aurais pas dit mieux ! …. grave ce service de Néonat, chez moi, au contraire, les papas/mamans sont les bienvenus à toute heure ! (mais ils ont aussi tendance à refiler du LA V___V)

  2. Ressenti les mêmes sensations lors des passages à l’hosto de mes loulous ; je veux bien avoir confiance dans le corps médical mais « ils » dépassent trop souvent les limites de leurs compétences. « Ils » croient avoir la science infuse et les propos méprisants qu’ils nous jettent parfois à la tête en sont la preuve.

  3. Le pire c’est que je resterai persuadée à vie que ce séjour en néonat à fait beaucouop de mal à mon bébé. Durant 6 mois, à la maison, il suffisait que je parle de néonat, même à l’autre bout de la maison, pour qu’il se réveille en hurlant !!!

  4. J’en garde aussi un mauvais souvenir de la chef de la néonat qui voulait à tout prix donner le biberon à mon fils. Heureusement nous sommes restés qu’une journée (assez longtemps pour que je sorte mes griffes).

  5. C’est exactement ça ! Vécu la même chose en récupérant mon garçon après un passage au bloc opératoire. L’auxiliaire de puér m’a emmerdée : « Est-ce qu’on vous a autorisé à l’allaiter? On vous a dit qu’il pouvait ? Faut qu’on vous dise hein !!! »

    Je l’ai envoyé paître, bébé de 4 mois à jeûn depuis 8h, 2ème passage au bloc et je m’étais renseignée avant, je savais qu’il pouvait boire dès que possible.
    Mais pas cette soignante âgée dans un service d’hopital de jour où tous les jours elle récupère des enfants qui sortent du bloc opératoire, incroyable.

    Je l’ai revue après, faire un conseil technique sur le lait de croissance, et elle nous a revus, ne s’est pas excusée, faut qd même pas déconner.

    L’incompétence des soignants en matière d’allaitement me sidère chaque jour davantage.

    • « est-ce qu’on vous a autorisé à allaiter » Cette phrase me sidère !!! Incroyable, il faut demander la permission maintenant !!! Et pour accoucher aussi ? Pour aller aux toilettes, bientôt, on demandera aussi si on peut, ou pour respirer, peut-être ! Maman de tous les pays, gardons nos griffes quelque part au fond de nous, prêtes à sortir quand il le faut !

  6. J’ai une amie qui a du avoir son petit bonhomme en service de néonat: quand elle arrivait dans le service pour allaiter son bébé, les infirmières lui avait « comme par hasard » déjà donné un biberon!!
    Mon amie a du s’acharner à tirer son lait pour stimuler sa lactation…

    Elle aussi a fini par hurler sur une de ses braves infirmières….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s