Métro, boulot, dodo, tétée !

J’ai eu la chance de pouvoir prendre un congé parental en plus de mon congé maternité, ce qui m’a permis de rester avec ma Poulette tranquilou jusqu’à ce qu’elle ait 9 mois et je savoure ma chance, notre chance. Bah oui, pas un seul biberon en 9 mois, tétées à volonté, jour et nuit, pics de croissance passés sans problèmes, ça se savoure !

Mais bon, un jour il a bien fallu y retourner… au boulot, même à contrecœur. J’ai préparé mon retour au mieux. J’ai commencé par lire le Petit guide de l’allaitement pour la femme qui travaille de CS Didierjean Jouveau et les numéros d’Allaiter aujourd’hui sur la reprise du travail. A partir de là j’ai cherché un mode de garde adapté pour ma fille. J’ai cherché d’emblée une assistante maternelle agréée étant donné que les structures collectives près de chez moi ou de mon lieu de travail ne sont pas légion et sont donc surchargées de demandes. Je pensais avoir trouvé celle qui me convenait mais au fur et à mesure des rencontres, elle s’est mise à me faire des remarques sur ma façon d’allaiter mon enfant. Elle qui est maman de trois enfants a allaité à heure fixe et m’a fortement conseillé d’habituer dès que possible ma Poulette à boire au biberon car, à procéder comme je le faisais, je n’allais pas lui faciliter la tâche ! Au fil des remarques, je me suis sentie de moins en moins en confiance et j’ai donc décidé de continuer mes recherches.

En parallèle, il a fallu organiser mon retour à mon poste de travail tout en demandant mes pauses allaitement. J’ai du insister devant beaucoup d’incompréhension. Plus mon allaitement avance et plus je me rends compte qu’il y a du chemin à parcourir pour que les gens comprennent que c’est le mode d’alimentation normal pour un enfant et ce, même passé 6 mois ! Je constate avec étonnement et dépit les expressions de dégoût sur certains visages quand je dis que je tire mon lait au travail. Je suis abasourdie quand j’entends des blagues déplacées de la part de collègues femmes sur le fait que  l’on pourrait apercevoir ma poitrine sur mon lieu de travail. Je suis blasée lorsque je m’entends dire que je suis courageuse car c’est quand même beaucoup trop d’organisation de devoir tirer son lait.

Par contre, je remercie ma consultante en lactation qui m’a épaulée et, surtout, l’assistante maternelle qui garde ma fille. Grâce à elle et à son respect du rythme des différents enfants qu’elle garde, j’ai pu laisser ma fille en confiance. Et, petit à petit, à force d’essais dans des contenants divers et variés, ma Poulette a accepté de boire mon lait autrement qu’à la source. Ce n’était pas gagné, au début elle n’en voulait pas du tout. Je m’inquiétais, la nounou s’inquiétait…bref, il y a eu des moments de doutes. (Merci aux Seintes et à sa Seinteté pour leur soutien)

Cela fait maintenant 2 mois que ma fille est gardée. Elle boit mon lait au biberon chez l’assistante maternelle et lorsqu’elle est gardée par son papa. De mon côté j’ai enfin réussi à apprivoiser mon tire-lait et je tire mon lait deux fois par jour dans une salle aux nombreuses fenêtres et portes vitrées. Je me mets donc dans un coin stratégique à l’abri des regards avec un bon bouquin histoire de me détendre un maximum. Parfois, mon homme vient me déposer ma fille pour la pause tétée. Et puis il y a la fameuse tétée de retrouvailles, à peine arrivée à la maison, vite, vite, il faut s’installer pour une loooooongue tétée entremêlée de câlins et de jeux, de sourires et de babils. Celle-là je ne l’échangerai contre rien au monde !

Alors oui, cela demande un minimum d’organisation : tirer, laver, stocker au frais, transporter, etc mais il s’agit du bien-être de mon enfant et ça reste largement plus important que les on-dit. Et puis plus nous serons nombreuses à montrer que c’est possible, plus cela deviendra banal.

Par Vy, dont je t’invite à découvrir le blog né récemment !

Publicités

12 réponses à “Métro, boulot, dodo, tétée !

  1. Super article! je suis d’accord sur tout (y compris les regards bizarres!) Ici, reprise à temps plein à 5 mois et demi, il a 9 mois et ça continue.Même si les stocks s’amenuisent car je n’ai pas toujours le temps de tirer…et ça, ça me stresse!

    • Merci ! ici on fonctionne en « ‘flux tendu », pas de stocks au congel et ça fonctionne bien. Ce qui m’inquiète un peu c’est que je sais qu’au premier anniversaire de ma Poulette, je ne pourrai plus tirer…

      • Tu veux dire à cause de la location du tire-lait et du remboursement de la sécu ?
        Si oui, c’est ce que j’ai lu partout mais quand j’ai appelé la pharmacie (enfin c’est plutôt un magasin de location de matériel médical), ils sont tombés des nues et n’ont pas compris pourquoi je leur parlais du 1er anniversaire de mon fils. J’ai donc gardé mon tire-lait jusqu’à mi juillet alors que mon petit est du 9 mai tout en continuant à fournir l’ordonnance de renouvellement de la location et je n’ai jamais reçu aucune facture ! Après, je ne sais pas si c’est la sécu qui a payé ou ma mutuelle mais si ça te tient à coeur, renseigne toi, ça vaut le coup.
        Ici, j’ai arrêté de tirer mon lait la journée quand il a eu 8 mois (c’était trop difficile à gérer avec les réunions et les déplacements professionnels). Il a pris sa dernière tétée le jour de ses 16 mois (puis a fini le stock du congél à la tasse à bec car il ne sait même plus boire au biberon !).
        Bonne continuation !

        • Désolée je réponds un peu tard : non je dis ça rapport au fait que les pauses allaitement ne sont plus « obligatoires » pour l’employeur après le premier anniversaire de l’enfant à part si l’enfant est allaité directement sur le lieu de travail et je sais que ma supérieure ne voudra pas me faire la faveur de continuer à profiter de ces pauses allaitement.

      • Je ne peux pas répondre au message en dessous alors je réponds à celui là…

        Effectivement, nous ne sommes pas toutes égales devant nos responsables.

        Perso, j’ai la chance d’être au forfait jour dans une entreprise de plus de 1000 salariés ce qui fait que j’ai pu prendre ma pause sans même trop en informer personne, seulement les infirmières qui me mettaient leur local à disposition (et je sais que si j’avais eu un souci, elles m’auraient largement soutenue)

        Le pire, c’est quand je lis « MA » responsable, j’ai envie de bondir ! On a UN responsable et il est abruti, passe encore mais alors là… C’est une jeune sans enfant ou juste une vieille peau ?! Comment on peut être femme et ne pas réfléchir à ça ? Ou alors, par ton allaitement, indirectement, tu la culpabilises de ne pas en avoir fait autant avec son/ses enfant(s) ? Bref, on a encore du boulot !

        Pour en revenir à un côté positif, même si à un an tu ne peux plus tirer ton lait, ta petite devrait manger suffisamment de solides dans la journée. On entend souvent qu’il vaut mieux 3 tétées par jour pour pouvoir continuer à allaiter. Perso, j’ai quand même continuer 9 mois comme ça (jusqu’à ses 16 mois, parce que ça devenait difficile en terme d’organisation du travail, réunions et déplacements de tirer mon lait donc j’ai arrêté avant ses 1 an).
        Dernière chose : dernière tétée début septembre et si j’appuie sur mes tétons, j’ai encore une goutte de lait qui perle. Une relactation serait elle possible ? J’en déduis en tout cas que j’aurais pu continuer et que c’est seulement mon petit qui a grandit et n’en voulait plus.

        En tout cas, courage, tu arriveras à allaiter autant que tu veux !

  2. « Et puis plus nous serons nombreuses à montrer que c’est possible, plus cela deviendra banal. »
    C’est exactement ce que je pense ! Se cacher dans les toilettes ou dans sa voiture pour tirer son lait, ça ne fera pas avancer les choses !

    • C’est la même chose qu’allaiter en public en somme, et sans se cacher avec une cape ou en coiffant son enfant d’un chapeau ridicule !

      • C’est ça !
        Entre la cape et enlever sa chemise pour finir complètement nue dans la rue, il y a un gap ! 😉

  3. je suis dans la meme situation mon loulou a 6 mois et je tire mon lait 2 fois dans ma journee de travaille (avec les commentaires negatifs de certaines collegues ,alors que c’est la deuxieme fois que je fais ca !!)
    mais pour rien au monde je n’arreterai !!

  4. Très bel article !

    Une mère courage mais surtout une mère qui aime son petit bébé !

    Ravie pour vous que vous ayez trouver LA nounou, mon dieu comme celà doit etre difficile 😦

    On nous facilite pas la tache pour allaiter… Alors que (je suis sure que tu penses comme moi) on n’imagine meme pas comment on ferrait sans l’allaitement hein? C’est tout simplement naturel, facile (« oh mais quelle galère » diraient les mauvaises langues… Je commence à sourire niaisement à cette petite phrase), pratique, doux… Et je vais m’arreter là!

    Bises à vous 2

  5. Merci. Effectivement c’est difficile de laisser son enfant en garde. Bien sûr, il a fallu faire quelques concessions notamment sur les couches lavables qui ne sont pas passées. Le seul point sur lequel je ne voulais pas transiger c’était l’allaitement à la demande et le respect de son rythme tant alimentaire que pour ce qui est des siestes.
    C’est effectivement naturel et simple et, il ne faut pas le cacher, économique et quand on calcule le cout d’une assistante maternelle dans le budget familial mensuel et bah ça compte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s