A ma place.

Allez le feu, passe au vert !

Je démarre, je rentre chez nous, je roule vers toi.
Encore une journée de passée loin de toi, au « travail ». Comment interprètes-tu mon absence ? Ce matin encore, tes doigts ont agrippé mon écharpe au moment où tu as senti que j’allais partir, que j’allais te laisser. Tu t’en fiches, toi, du crédit de la maison à payer, des pantalons de tes grands frères à changer. Ton besoin à toi, c’est moi. J’aimerais ne pas te confronter déjà à nos problèmes de grands. Mais voilà, ton Papa et moi avons fait des choix.

Je rentre la voiture dans le garage. La lumière du salon est allumée. J’entends, je devine derrière la fenêtre tes frères qui s’agitent autour de toi. Je sais déjà que tu es dans les bras de Papa. A cette heure-ci, hors de question de te poser. Tu sais que j’arrive, tu m’attends, tu te rassures à l’odeur paternelle.

Je pousse la porte. J’avoue, j’essaye de rester dans l’ombre, et avant que tu ne me voies, j’enlève en douce mes chaussures de sécurité, si grosses, si lourdes. Eléments incongrus dans la douceur qui vous entoure. Allégée, je plonge dans la lumière. Tes frères courent pour m’enlacer. Je les embrasse. Bonsoir, alors, passé une bonne journée ? Maman, regarde mon dessin !

Tu me vois, tu lances tes bras vers moi. Ton trop plein d’attente éclate en pleurs incontrôlables. Je te serre contre moi. Je te parle doucement. C’est moi, je suis là, je suis là… Je soulève mon T-shirt qui sent l’usine. Tu m’agrippes comme ce matin, sauf que cette fois, tu souris enfin.

En cet instant, ta bouche sur mon sein, ta main sur ma main, ton regard trouvant le mien, veillée par les aînés, le négatif n’a plus de prise sur moi. Notre bulle nous protège, nous isole, nous console. L’univers peut être infini, ma place est unique. Parfaite. Ma place exacte est juste là.

Par Marie-Anne.

Publicités

20 réponses à “A ma place.

  1. c’est tout à fait ce que je vis! j’aime les tétées de retrouvailles, petit sas entre le boulot et la maison, moment de détente qui permet de couper la journée, de retrouver bébé…

  2. Très touchant! Ptite larme dès le matin, sous la couette avec bébé au sein… ça fait tout chaud au cœur!

  3. J’adore!
    J’ai repris le travail il y a 2 jours alors que mon fils n’a pas encore 2 ans (dans moins de 2 mois). Quelle chance me disent la plupart des mamans que je croise. Et bien bien non, c’est dur!
    Et j’apprécie tellement ce moment de retour à la maison où il m’accueille en criant, le sourrir qui illumine son visage, ce « Mammmaaaannn!!! » et la phrase qui suit, dite d’une étonnante douceur et accompagnée de ce regard de charmeur  » je veux téter…. »
    Merci pour le partage 🙂

  4. Magnifique. Je ne peux m’empêcher de pleurer même si les tétées sont dèjà finies pour les miens.Merci pour cette ode à l’allaitement.

  5. c’est horrible, je reprend le travail dans un mois et quand je lis ça, juste, je sais pas comment, je vais y arriver.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s