Baisse de régime

Très récemment, j’ai vécu une désagréable expérience. Ma fille a 13 mois, j’ai repris le travail depuis 5 mois maintenant, je tirais mon lait 2 à 3 fois par jour jusqu’à ce qu’elle fête son premier anniversaire et depuis, je le fais 1 à 2 fois par jour. Dès que nous sommes ensemble c’est open-bar. Elle se réveille encore fréquemment pour des tétées nocturnes. Le rythme est assez soutenu et je suis dans un état nerveux assez déplorable depuis quelques temps.

Un midi, je tire mon lait et, au lieu de tirer 150 voire 180 ml, je tire 70, puis la fois suivante 40 pour finir à 15 pauvres petits millilitres. Parallèlement, ma Poulette s’énervait, après chaque tétée je la voyais frustrée jusqu’au moment où je lui ai proposé un biberon de lait de riz qu’elle a fini à grandes gorgées. Résultat : la panique !! Une semaine de repos, de documentation, de soutien et d’inepties plus tard, je souhaite vous parler des possibles causes d’une baisse de lactation et de ce qu’il est possible de faire pour y remédier.

Les causes :

La baisse de lactation peut avoir plusieurs raisons, en premier lieu elle peut venir du manque de stimulation du à des compléments donnés à l’enfant ou à l’usage trop important de la sucette ou du pouce ou encore à une mauvaise prise de sein. Minuter ou interrompre systématiquement les tétées est aussi à l’origine d’un manque de stimulation et donc, de production. Mais si le bébé tète à la demande et sans restrictions, la cause est ailleurs. Elle peut venir d’un problème de santé bien sûr, une gastro-entérite par exemple qui a comme effet de déshydrater le corps aura une répercussion possible sur la quantité de lait produite. Il est important de boire suffisamment dès que l’on ressent la sensation de soif. Une grande fatigue et/ou un stress important peut également se ressentir sur la quantité de lait produite -ce qui était mon cas il y a peu- et dans ce cas, les maîtres mots sont repos et détente. D’autres raisons peuvent être le retour de couche, une prise de contraceptif ou encore le tabagisme.

Que faire :

La première chose -facile à dire mais en pratique c’est tout autre chose- c’est de ne surtout pas stresser et d’avoir confiance en soi, sauf gros souci, et dans ce cas il ne faut surtout pas hésiter à consulter un professionnel éclairé, ce n’est qu’un mauvais moment à passer. Le premier réflexe à avoir c’est de multiplier les tétées pendant 24 à 48 heures. Gardez votre bébé avec vous pendant deux jours et donnez leS seinS le plus souvent possible en évitant les biberons et les sucettes. Vous pouvez également pratiquer la compression du sein. Et surtout, détendez-vous, reposez-vous, prenez des bains, siestez avec votre enfant, allez prendre l’air, prenez un peu de temps pour vous…(n’hésitez pas à demander un arrêt de travail si besoin).

Vous pouvez également prendre des galactogènes comme le Galactogil par exemple ou de l’homéopathie. Néobulle propose aussi un cocktail d’huiles essentielles appelé « Coup de pouce allaitement » et certains aliments sont réputés pour leur propriétés galactogènes comme le fenugrec. Vous pouvez également boire des tisanes « d’allaitement » qui sont en fait des mélanges d’herbes réputées galactogènes. Si malgré tout, au bout de 2 à 3 jours, vous ne voyez aucune amélioration, faites vous aider.

Pour moi, la situation s’est améliorée au bout de 3 jours environ de détente, de galactogènes et de tétées. Je tire à nouveau ce qu’il faut pour subvenir aux besoins de ma Poulette quand elle est gardée et heureusement que je ne me suis pas contentée de l’avis plus que discutable de la pédiatre qui me parlait déjà de sevrage !

Allez, haut les nichons !!!

Publicités

9 réponses à “Baisse de régime

  1. J’ai eu le même genre d’expérience ! Et à plusieurs reprises.
    Les causes: la fatigue ; le retour de couches, puis l’approche des règles.

    En effet, les galactogènes m’ont aidé, à condition que bb tète bien (= en bonne position et souvent). En général, on se fait des « cures » le week-end. l’idéal: les we de 3 j, car 2 , ça passe vraiment trop vite!

    Et sinon, pour le Fenugrec, un truc pratique est de l’acheter en gélules en pharmacie, catégorie phyto. Il faut commencer à prendre 4 g / jour (soit env 8 gélules, selon les marques) pendant qq jours. Ensuite, on peut baisser à 3 g ou 2, et voire comment sa lactation réagit.Attention, il faut un délai de 2-3 j avant de voir l’effet.

    Maintenant, quand je sens des coups de fatigue, je fais une cure de fénugrec une semaine ou de Coup de pouce néobulle et ça repart !

  2. Concernant les contraceptifs : Préciser que ce sont les contraceptions hormonales qui peuvent entrainer une baisse de lactation, ça peut peut être paraitre logique mais peut être pas pour toutes donc mieux vaut préciser !
    On a donc le DIU (ou stérilet) hormonal, l’implant, la pilule, le patch, l’anneau vaginal, les progestatifs injectables (je crois), peuvent avoir une influence négative sur votre allaitement. Mais attention ! La difficulté est que cette baisse ne survient pas dès forcément dès le premier jour de la reprise du moyen de contraception… Donc en cas de baisse de lactation qui n’a pas de cause très visible ou qui perdure, on peut tenter d’arrêter sa contraception (hormonale) quelques jours et voir comment cela évolue.

    Il reste : le diaphragme et la cape cervicale + spermicides, les préservatifs féminins et masculins, le DIU (ou stérilet) en cuivre, et les méthodes naturelles (comme la MAMA les 6 premiers mois).

    A lire : http://www.lllfrance.org/Dossiers-de-l-allaitement/DA-52-Contraception-par-pilule-progestative-et-baisse-de-la-secretion-lactee-8-cas.html?q=contraception

  3. Je suis actuellement en plein dedans donc merci pour les conseils.. Je vais les suivre à la lettre

  4. Je suis exactement dans cette situation. Tout allait bien et du jour au lendemain, je n’ai tiré que quelques ml. Je dois penser à me reposer et j’ai commencé le Galactogil + fenugrec pour le coup de pouce.

    Un grand merci pour ce témoignage, je me sens moins seule.

  5. Je dirais comme toi que la fatigue et le stress sont les plus grands ennemis de l’allaitement, j’en ai souffert à 6 mois d’allaitement, heureusement ce ne fut qu’un mauvais moment à passer, et là 4 mois plus tard, ça continue en allaitement mixte ! Oui, à 7 mois je pouvais plus voir le tire-lait en peinture … il fallait bien qu’il mange en mon absence ! Enfin, jusqu’ici, cela n’a pas d’incidence négative sur ma lactation, et j’en suis ravie !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s