Je ne voulais plus allaiter

 

Depuis le début de notre allaitement, nous n’avons envisagé aucune difficulté.

Nous avons survécu assez facilement aux suçons, à un réflexe d’éjection fort suivi de vomis en jet et aux pics de croissance mal interprétés au début.

Nourrir la mioche au sein est devenu inhérent à notre famille. On est la famille-tétée.

Nous sommes aussi une famille dans laquelle aucune horloge n’est à l’heure, d’ailleurs, on ne les regarde même pas.

Régulièrement je commence à préparer le repas quand tout le monde meurt déjà de faim. C’est à ce moment que donner le sein permet à la seule privilégiée de survivre !

A ce jour, nous savons que la tétée c’est un peu un kit de survie pour nous qui ne sommes pas vraiment organisés…

A 15mois, la mioche de lait, a rencontré sa première gastro. Celle qui te déshydrate en 5 poussées. Très vite elle a fait le choix de se nourrir uniquement au sein. Plus de repas, plus d’eau. De jour, comme de nuit.

A cela s’est ajoutée la peur. La peur d’être séparée du corps de sa maman et la peur de ces nouvelles sensations désagréables. Qui dit bébé angoissé, dit bébé scotché au sein.

C’est ainsi que je me suis retrouvée avec un bébé qui avait un besoin intense de téter jusqu’à 15 fois par jour. Parce qu’il ne me serait pas venu à l’idée de l’en priver. Non en fait je n’ai pas compté, je sais juste que je n’en pouvais plus. Pas le temps de dormir car une fois la tétée terminée, la mioche ne tenait pas en place contre moi. Juste le temps de m’épuiser, de porter mon enfant et de le nourrir.

Et patch, mon corps n’a pas supporté cette fatigue intense ! Mon dos étant déjà partiellement bloqué, je me suis retrouvée avec des douleurs si vives, que même le contact avec ma bébéloute devenait insupportable. Pourtant dès qu’elle me voyait, elle pointait du doigt mon décolleté et pleurait. Non, je n’avais plus envie de l’allaiter. Je rêvais de remèdes antidouleur, de nuits de 10h, de matelas confortable, et je n’avais plus envie de voir ma fille.

Le certificat « garde d’enfant malade » rédigé par notre médecin s’est transformé en « arrêt maladie ».

Je n’aurais jamais envisagé que le manque d’envie serait une difficulté. Pourtant j’aurais aimé cacher mes seins et m’enfouir loin sous ma couette protectrice. Quand mon mari approchait notre fille de mon corps il m’est même arrivé de dire « oh non…. ».

Pourtant, à aucun moment je n’ai réellement imaginé arrêter de lui donner mon précieux lait.

J’ai choisi de me soigner. Malheureusement, je n’ai rien le droit de prendre pour soulager immédiatement cette douleur si intense. Séquelles de péridurale, dorsalgie, bassin décalé, what else ?

Mésothérapie pour calmer et pour faire baisser l’inflammation, Kinésithérapie pour détendre et pour assouplir les muscles, ostéothérapie pour corriger la mécanique, scanner programmé et du repos, what else ?

Le repos m’a été offert par mes partenaires : mon mari et ma propre maman.

Merci.

Ces mêmes personnes ont également eu la lucidité de me rappeler que les moments où j’ai envie de stopper l’allaitement, ce sont ceux où ma fille a le plus besoin de moi.

Aujourd’hui j’ai moins mal, je savoure chacune des tétées partagées avec mon petit amour. J’observe son doux minois cramponné au bout de mon sein,…

Oui je n’avais plus envie d’allaiter, non la solution n’était pas d’arrêter.

Se soigner avec les moyens appropriés est devenu la priorité.

Par Mamaatthemasse

Publicités

3 réponses à “Je ne voulais plus allaiter

  1. tres beau, ici aussi avec l alaitement long, si je dit que je suis tfatiguée juste un peu,  »la » solution viend tres vite a la bouche des gens..:  » elle a 34 mois.. cest assé arrete donc !..­ »
    mais en réalité, meme si elle demande 3 fois plus que son petite frere de 1 ans.. ca me briserais le coeur d arreter avec MA téteuse.. avec elle cest Ma premiere foi :O)
    meme si je lui refuse souvent,lui propose autre chose.. quand cest yeux croise les mien quand elle est au sien.. je fond !

  2. Superbe témoignage. Ma fille aura bientôt 15 mois, j’espère en pas passer par là, mais si cela arrive, je saurais que l’on peut vaincre cette « non-envie ».

  3. rhoooo, j’en pleure!! Je suis en train de vivre cela au mot pres!!! Et je me sentais si honteuse de ne plus vouloir que ma fille me scotch pour le tètè!!! Ca me rassure de savoir que ce genre de moment galère peut arriver!! Et qu’en effet la solution n’est pas d’arreter mais de se soigner!!! (oui autour de moi j’entend bcp des « arrète ca te rend malade, ce sera mieux pour elle aussi, elle aura une maman en forme puis a 12mois elle en a plus besoin t’inquiete » !!
    Merci pour ce temoignage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s