Gang des bébés allaités : la stratégie de la tétée.

Aujourd’hui, petite leçon de vie.

T’inquiète que du haut de mes vingt mois, j’ai déjà bien compris le petit manège, j’ai appris à dire non, quand j’ai pas envie, je me fais comprendre. Bon ok j’ai encore un peu de mal avec certaines consonnes, et c’est un peu galère pour parler la langue des géants, mais en gesticulant et en baragouinant un peu, ils décodent, mes vieux.

Faut pas croire que, gouzi gouzi, la vie d’un bébé est toujours drôle. Faut réussir à s’imposer et à se faire entendre. La petite enfance c’est un peu le Koh Lanta des bébés.

Moi mon truc, c’est la tétée. Ouais je sais ça marche pas jusqu’à dix-huit ans mais en attendant, j’en profite un max.

1er cas de figure : c’est l’heure du repas. Ton père arrive avec le plat, mais laisse tomber le truc qu’il a fait à bouffer (sans vouloir te vexer, papou je t’aime hein, mais tiens toi en aux nouilles-jambon) ça te plait troooop pas ! Ben là tu sors l’argument « Tétéeeeee » tu chouines un peu et hop, pour pouvoir finir son assiette tranquille, ta mère te sort de ton siège, te met à califourchon et te file une tétée. Héhé, esquivé le gratin trop cuit.

2e cas de figure : c’est les vacances, vous êtes tous à la maison en famille, y’a des bombes de dessinimés à la télé toute la journée mais à 14h, tes parents veulent te coller à la sieste. Tu sais pas encore lire l’heure mais si t’es un peu malin tu saura que juste après le dessert et la couche, c’est le lit !  Donc là, à ce moment précis, hop hop, tu te faufiles sur le canapé et te bouquines genre l’enfant sage, et dès que ta mère arrive, tu réclames ! « Tétée ! ». Et là tu peux partir pour une sieste de pacha collé au sein, sur le canapé devant les dessinimés.

3e cas de figure : vous êtes au parc, il fait beau, tu creuses des trous dans la terre avec tes doigts et tu salis ton short le plus possible,  l’éclate quoi. Mais soit disant, il est l’heure de rentrer. Tu demandes une tétée gros ! En plus il fait chaud quoi ! Et comme boire ou conduire, il faut choisir, tu grattes encore trente minutes au parc au soleil.

4e cas de figure : vous êtes allés rendre visite à ta mémé dans la Maison à Mémés. Mais laisse tomber dès que vous sortez de la chambre y’a des mémés partout qui veulent rien qu’a t’attraper pour te parfumer les cheveux avec leur eau de toilette, te pincer les joues, te décoiffer et te faire des bisous qui mouillent et qui piquent ! Vite, pour leur échapper tu sautes sur ta mère et tu demandes la tétée !

5e cas de figure : ta mère doit partir quelque part (si, elle va revenir, je te jure !) et te laisse un peu à la crèche, pas longtemps mais bon, voilà quoi. J’estime que là, pour pouvoir passer un moment détendu de la couche, à jouer avec les potos, sans te taper la honte avec ton doudou ou ton pouce, rien ne vaut une bonne tétée avant de partir, avec son odeur, sa peau chaude et un bisous dans les cheveux. Si elle oublie ou qu’elle discute avec la dame de la crèche, t’hésites pas gros, tu les interromps en lui tirant les lacets et tu exiges une tétée !

Bon tu vois, la tétée peut vraiment te sauver les miches dans un tas de cas, et puis bon, ce qui est cool, c’est que ma mère est pas regardante, elle compte pas tu vois, je peux avoir une tétée et en demander une une demi heure plus tard elle va pas prendre la tête. Perso, la tétée, moi je kiffe.

Samu, du gang des bébés allaités.

Ecrit par Nas, initialement publié sur le blog de Mamaatthemasse

Publicités

5 réponses à “Gang des bébés allaités : la stratégie de la tétée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s