L’une à côté de l’autre

On s’est retrouvé assises côte à côte dans la salle d’attente, moi avec mon 5 mois de presque 9kg, toi avec ta crevette d’à peine 1 mois… tous 2 au sein…

Tu t’es extasiée devant les cuisses potelées de mon fils, tu m’as expliqué que ton allaitement à toi se passait mal, que pourtant tu y tenais, que c’était le 3e qui foirait…

Tu m’as dit que ta puce avait le cou bloqué, je t’ai parlé d’ostéopathie, tu avais fait une séance quelques jours avant, jusque là tu ne savais pas que ça pouvait être efficace…

Tu m’as parlé d’un de tes allaitements précédents arrêté en plein pic de croissance par manque d’information…

Tu m’as parlé des compléments mis en place et de ta lactation qui n’avait pas suivi, je t’ai demandé pourquoi tu ne tirais pas ton lait pour lui donner, mais pour toi ce n’était pas gérable avec 2 autres enfants…

Tu m’as parlé de tes appels à la LLL apparemment sans effets…

Tu m’as dit que ton allaitement allait s’arrêter de toute façon, mais dans ta voix il y avait tellement de regrets, et tellement d’envie dans ton regard posé sur mon bébé…

Et puis le médecin m’a appelé, je ne t’ai pas revue.

J’espère juste t’avoir donné envie de te battre. Et je regrette amèrement de ne pas t’avoir glissé mon numéro…

Ecrit par Ambre

 Si vous voulez partager un témoignage, un récit, un poème, une expérience particulière, cliquez ici, et merci de votre participation à la vie du blog !

Publicités

2 réponses à “L’une à côté de l’autre

  1. C’est très joliment écrit.
    Etant passée par là, je peux dire que c’est parfois difficile de demander de l’aide.
    Je crois que ça doit être tout aussi délicat de proposer la sienne…

  2. J’ai le même regret envers cette jeune maman qui en ce jour de pluie promène en landau son bébé hurlant dans cette petite galerie marchande du centre-ville (seul lieu couvert), je sors de la boutique où je faisais quelques emplettes alors qu’elle passe pour la quatrième fois, et pour la quatrième fois, j’ai une montée de lait qui ne fais aucun doute sur la nature des pleurs (et pourtant, mon fiston a 18 mois, belle lurette que je ne connais plus les montées de lait intempestives). Je passe ensuite à côté d’elle alors qu’elle allaite dans sa voiture sur le parking, si j’avais su qu’on allait au même endroit, je lui aurais conseillé l’escalier dans le fond du hall, discret et très confortable, testé et approuvé par mes soins pendant pas loin d’un an! Elle entre juste après moi dans la garderie où je récupère mes enfants, le temps de les rhabiller, chausser, attacher le plus petit, elle ressort avec son aîné et sur le seuil de la porte, confie à la directrice sa fatigue, les pleurs du bébé, les nuits hachées et le grand qui crise. La réponse de la directrice se fait sans attendre: l’allaitement ça fatigue, passez au biberon et papa s’occupera des nuits, vous pourrez aussi laisser le bébé à une amie ou une voisine pour vous reposer une journée. La maman pense à voix haute qu’effectivement, elle a tiré du lait qui est dans le congélateur, elle pourrait laisser le papa gérer quelques nuits. La directrice rétorque que l’allaitement, effectivement, c’est la meilleur, ça se sait, mais quand ça devient trop contraignant comme ça, mieux vaut arrêter et passer au biberon. La maman murmure qu’elle a peur que l’eczéma du bébé (je n’ai vu que son visage et effectivement, il en est couvert) empire avec le biberon, question surement embarrassante, éludée d’un « des bébé allaités, on en a quelques uns, et bien les mamans ne peuvent pas les laisser plus d’une heure ou deux, elle sont obligées de revenir »…

    J’ai eu envie d’intervenir, soit dans la discussion soit attendre et aborder la maman dans le couloir, mais je bouillais trop, je préféré partir avant la fin. Quelques pas à l’extérieur et je remarque que j’oublie mon parapluie, je retourne donc et croise cette maman qui ressort, là, ça me brûle vraiment les lèves de l’intercepter et de lui dire que je ne suis pas du tout d’accord avec ce que j’ai entendu malgré moi, de lui permettre d’y réfléchir avant de sauter le papa, combien de temps son compagnon se lèvera-t’il avant de lui dire « je bosse moi demain! »? Qui s’occupera de préparer et laver tous les autres bibis de la journée? Mieux vaut passer ce temps inutile à s’occuper de son grand 😉 Là que je l’ai vu dans sa voiture pour la tétée, comment aurait-elle fait pour faire réchauffer le bib du bébé? Elle a du lait au congélateur donc oui, mille fois oui, si elle veut une nuit complète ou une grasse matinée d’envoyer le papa une ou deux fois dans la semaine, pas besoin de sevrer pour ça! Et vu l’eczéma de son bébé, je suis d’accord avec elle, très très grande prudence avec le lait artificiel. Et mes enfants sont allaités et pourtant, une fois passé l’adaptation, sont toujours restés plus de 2h, au début avec une tasse de lait tiré si besoin mais je n’ai jamais eu à revenir.

    J’hésite, j’hésite, qui je suis comparé à madame la directrice de la garderie, diplômée de la petite enfance? Une simple maman. Cette maman ne m’a pas demandé mon avis et à sa place, je n’aurais pas aimé qu’on vienne me donner des conseils, surtout dans cette jungle de conseils que toute jeune maman reçoit les premiers temps où chaque jour, la personne interrogée dit l’inverse de celle de la veille, surtout comme ça, sans que je ne demande rien! Pourquoi ma parole aurait-elle eu plus de valeur que celle de la directrice? Certes, j’allaite mais en disant que j’allaite encore mon bonhomme de 18 mois, ne m’aurait t’elle pas classée dans la catégorie des extrémistes qui obligent les femmes à allaiter coûte que coûte? Et puis la directrice n’aurait-elle pas cru entendre dans les dires de cette maman « j’ai envie de sevrer car j’en peux plus mais c’est tellement mal vu de ne pas allaiter » et lui a juste dit ce qu’elle avait envie d’entendre. Ça se bouscule dans ma tête, et puis non, je n’ose pas, d’ailleurs, le temps de le réflexion et plusieurs mètres nous séparent déjà, trop tard. Ça fait plusieurs semaines maintenant que je pense à elle, j’espère la recroiser une jour pour lui demander des nouvelles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s