A toi la future mère

A toi la future mère qui est venue me trouver pour parler d’allaitement, toi qui m’as envoyé un mail plein de questions, toi qui me vois allaiter, qui connais mon engagement, toi qui au détour d’une conversation sur ta grossesse auras abordé le sujet de l’allaitement un peu mine de rien, pour me tendre une perche, lâcher tes doutes.

J’ai envie de te dire : essaie. Laisse-toi aller, ne te pose pas trop de questions jusqu’au jour J et laisse la nature te guider. Dans l’autre sens ce n’est pas possible (ou alors c’est quand même plus compliqué) de faire marche arrière.

Sais-tu que tout doucement ton corps se prépare déjà à nourrir ton enfant ? Sais-tu que ton lait n’a aucun égal ? Sais-tu que les anticorps qu’il contient protègent mieux ton enfant contre les affections courantes, qu’il se digère rapidement et évite les reflux, qu’il protège contre les allergies, qu’il réduit le risque d’affections ORL et respiratoires, d’obésité infantile et qu’il permet de récupérer plus rapidement en cas de maladie ?

Sais-tu que l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé : la plus haute autorité sanitaire mondiale) recommande un allaitement de 6 mois exclusifs et de 2 ans minimum pour une meilleur santé de ton enfant ?

Sais-tu que des lactariums recueillent du lait maternel de dons de mamans allaitantes pour sauver la vie des bébés prématurés ? Oui, ton lait, c’est de l’or.

Sais-tu qu’en plus de tous ces bénéfices pour la santé de ton enfant l’allaitement te protège toi aussi : il diminue le risque de baby-blues et de dépression post-natale, le risque de cancer du sein et des ovaires, il permet à l’utérus de se remettre mieux en place après la naissance, et à ton corps de retrouver sa ligne plus rapidement.

Penses-tu qu’il soit plus facile de mesurer, chauffer, stériliser, transporter, aller acheter, se lever plusieurs fois la nuit, sans parler du coût ?

Mais cette facilité de vie, tous ces bienfaits pour la santé, ce n’est vraiment rien à côté de la plénitude d’une tétée, de la puissance du lien qui vous liera, un lien lacté, charnel, affectif, d’amour, de tendresse, de respect, de disponibilité et d’écoute.

Sais-tu que ton lait nourrit et hydrate à la fois, que sa composition s’adapte d’elle même aux besoins de ton enfant à chaque âge, mais qu’aussi ton sein rassure, calme, endort, réconforte, donne confiance en lui à ton tout petit car il sait qu’à chaque peine, à chaque bobo, à chaque moment où il en aura besoin ou envie, toi, sa mère, tu sera là pour lui offrir en ton sein le plus doux et le plus chaud des refuges.

A toi qui doute, qui a peur de ne pas y arriver, qui a à l’esprit cette copine qui a arrêté son allaitement au bout de quelques jours, fais-toi confiance, fais confiance à ton bébé, laissez-vous quelques jours pour apprendre, faire connaissance.

Pars positive, puise ton envie et ta motivation dans les belles et longues histoires d’allaitement comme il y en a plein.

Je ne te dis pas que c’est forcément facile. Il y a des allaitements qui ne rencontrent jamais aucune difficulté, et d’autres plus compliqués. Mais dis-toi qu’à chaque problème il existe une solution, et que non, tu ne manqueras pas de lait.

Toi qui a porté 9 mois cet enfant, toi qui a puisé au fond de tes entrailles et de ton cœur la force de le mettre au monde, tu as les ressources en toi pour surmonter les difficultés. Et ton enfant, ce tout petit être qui a déjà une confiance entière en toi, et tellement de force en lui, sais-tu que le jour de sa naissance, il est capable, posé sur ton ventre de trouver seul le chemin du sein ?

Tu ne connais pas beaucoup de mamans allaitantes, tu as peur d’être un peu démunie, tu ne sais pas si tu seras soutenue ?

Sache qu’il existe des professionnels qui t’accompagneront, sache que des associations seront là pour t’écouter et te conseiller, sache que les Seintes rassureront tes craintes, soutiendront ton projet d’allaitement.

Tu veux te préparer ? Tu ne sais pas quoi faire ? Informe-toi, lis, prend contact avec une association locale, parle aux professionnels qui te suivent de ton projet d’allaiter.

Toi qui n’a jamais été mère, qui est pleine d’appréhension et de désirs, qui aimerait contrôler pour se rassurer. Tu as dû te rendre compte pendant ta grossesse que c’est ton corps qui décide. Tu apprendras avec l’allaitement qu’il ne faut pas chercher à maîtriser les choses et que même si ça déstabilise au début, il faut savoir lâcher prise, écouter son corps et son enfant. Qu’avec l’allaitement, on ne compte pas, on ne mesure pas, on ne règle pas.

Toi qui te demandes si ça vaut le coup, toi qui doit reprendre le travail si tôt, saches que oui, tu peux allaiter, que beaucoup de mamans travaillent et allaitent. La loi te propose une heure de pause dans le but de tirer ton lait par journée de travail et ce, jusqu’au premier anniversaire de ton enfant. Oui boulot et tétées, c’est possible, non, tu n’est pas obligée de sevrer.

Ça te paraît compliqué : tirer son lait, le stocker, le transporter ? Dis-toi que ça ne dure que quelques mois, bientôt ton enfant sera diversifié, tu seras fière de l’avoir amené jusque-là, le jeu en vaut la chandelle, et tu pourra ainsi continuer à allaiter ton petit, longtemps, si tu le souhaites.

Je n’essaie pas de te convaincre. Je te parle de mère à mère, je te raconte pourquoi moi j’allaite, et je voudrais te donner des pistes, pour faire ton choix.

En fait, je te souhaite de vivre ça, à toi et à ton petit, comme on souhaite le meilleur à quelqu’un en toute sincérité. 

Nas

Publicités

29 réponses à “A toi la future mère

  1. Tout est dit !
    Des bienfaits pour la santé -de la mère et du bébé-, des aspects pratiques, des bienfaits affectifs, du lien mère-enfant… C’est tout cela l’allaitement et plus que ça encore.
    Merci pour les futures mamans -et les actuelles!

  2. Avant d’être mère, jamais je n’aurais pensé mener à bien ce projet d’allaitement. Jamais je n’aurais cru me reconnaître ainsi dans ces mots. C’est un très joli témoignage, qui donne envie, vraiment, sans condamner celles qui font le choix de ne pas allaiter, et ça c’est bien aussi. Se faire confiance, se renseigner avant et ”essayer juste un peu pour voir » … se faire accompagner aussi c’est primordial et c’est grâce à tout cela que j’allaite encore ma fille de 5 mois.

  3. rien à ajouter si ce n’est: j’aurais aimé avoir des amies comme toi, juste merci!

  4. Merveilleux article… Ca me remotive (bien que je le suis déjà) dans mon allaitement. Mon bébé a 18 jours et il commence seulement à bien téter, étant donné qu’il est né un peu avant l’heure hihi. L’allaitement ce n’est pas si facile que ça au début, mais il faut s’accrocher et ça ira avec le temps. Merci pour cet article !!

  5. Punaise, j’ai dû retenir mes larmes car je suis au bureau… Pas encore enceinte, l’allaitement me faisait très peur, mais maintenant, j’ai moins peur.Merci

  6. waouhhh j’adore tu m’as fait pleurer… c’est tellement vrai… et surtout si c’est un 1er bébé faut pas laisser les gens penser a nos places… (ce que j’ai fait et j’ai abandonner) mais avec mon 2ième ca roule tout seul… meme si la j’ai un petit doute parce que la nuit il se re reveille… mais c’est pas ca qui me fera arreter pour le moment 😉
    merciii de ton article il est superbe… bravooo…

  7. c’est tellement vrai moi j’attend mon troisiéme et mes deux premiéres je les ai allaiter pendant 9mois et je peux dire que y a rien de mieux et de plus magique que ça il faut arréter de penser à soi et penser à l’autre car à partir de là on est plus jamais seul.en tout cas bravo pour l’article.

  8. Superbe, je vais le faire lire aux amies enceintes. Juste pour ajouter de l’eau au moulin: en deux ans d’allaitement, mon fils n’a eu que… deux rhumes ! Ni otites, ni maladie respiratoire, rien, rien, rien… Les anticorps maternels, à consommer sans modération !

  9. Magnifique.. je fais suivre à mes copines, collègues qui hésitent… mais qui n’hésiteront plus bien longtemps avec un article comme ça !

  10. Sais-tu que tu as peut-être un homme qui est aussi un père et qui aimerait lui aussi créer des liens avec son enfants, ne pas se sentir exclu, participer à autre chose qu’au couche et au bain? Qui voudrait se lever la nuit, préparer son biberon, seul, sans dépendre de la maman.

    On grandit bien, avec ou sans allaitement.
    En vous lisant, j’ai serré les dents. En pensant à toutes ces femmes qui se sentent coupable de ne pas allaiter. Vivez votre vie, mais lâchez celle des autres.
    Toute forme de lobbying est dangereux et preuve de manque d’ouverture.

    • c’est un texte écrit avec beaucoup de sincérité, sans chercher une seconde à entrer dans une guerre sein/biberon. Ce genre de commentaire me déprime et la culpabilité qui pourrait naître d’un tel article, je ne peux pas en être responsable.
      Et pour vous étonner, il a été écrit suite à une discussion que j’ai eu avec un homme.

      Je connais maintenant beaucoup de mamans allaitantes et donc de papas, qui participent de façon très active à l’allaitement, qui se lèvent la nuit, qui sont là lors de la tétée, qui ne sont pas exclus mais accompagnent leur femme dans son rôle de mère comme l’a prévue pour elle la nature. Qui sont un appui, un rempart, une aide précieuse et par là même des pères en tant que tels, qui ne cherchent pas à se substituer au rôle de la mère, mais bien à trouver leur place, même si ce n’est pas toujours facile dans les 1ers jours du duo mère-enfant.

      Désserez donc les dents, et tentez de voir les choses sous un regard différent.
      Ici, pas de lobbying, on ne vend rien, on ne dessert aucun intérêt commercial, si ce n’est celui de l’enfant, qui n’a pas de prix.

    • Pico en passant sur ce blog faut pas s’attendre à l’apologie du bib hein !!!

      Je vous cite :

      « Sais-tu que tu as peut-être un homme qui est aussi un père et qui aimerait lui aussi créer des liens avec son enfants, ne pas se sentir exclu, participer à autre chose qu’au couche et au bain? Qui voudrait se lever la nuit, préparer son biberon, seul, sans dépendre de la maman. »
      => Il faut arrêter avec le délire du père nourricier ça sent la vieille rangaine !!! Soyons honnête 2 min combien de père tiennent le coup plus que qq semaines à donner le bib à 2h du mat’ l’oeil agare ? je ne dis pas que ça n’existe pas mais que c’est tellement rare qu’on oublie que ça puisse exister !!! (bravo et merci à eux ceci-dis !!!!)
      Il n’y a pas que dans le geste de nourrir son enfant qu’on crée du lien ! Le temps de change et/ou du bain peut être un moment génial qui chez nous fini souvent en parti de chatouilles et grosses marades qd c’est mon homme qui gère.

      Le truc du papa qui se lève la nuit ben il peut aussi le faire pour chercher le bébé dans son berceau (si pas cododo) et le ramener à maman puis après la tétée le reprendre pour le reposer dans son berceau ! ;o)
      La mère peut aussi tirer son lait en journée et papa le donner la nuit au bib ou autre accessoire n’entravant pas l’allaitement à la source et comme ça le papa est autonome !!! (et maman peut se reposer pour continuer à avoir la patate pour produire de l’or blanc !)

      Papa peu faire des massages au bébé, un peu plus grands communiquer par les signe avec bébé, pratiquer le peau à peau/portage en écharpe poru allez se balader pendant que maman se repose ! etc…

      « On grandit bien, avec ou sans allaitement. »=> oui bien sûr, on dit juste que ça plaise ou non que le LM est l’aliment le + adapté aux petits humains et que ces bénéfices sur leur santé ne sont + à prouver !!!

       » En vous lisant, j’ai serré les dents. En pensant à toutes ces femmes qui se sentent coupable de ne pas allaiter. »=> Si c’est un VRAI choix d’allaiter qu’elles ne culpabilisent pas mais qu’elles assument !
      Pour celles par contre qui n’ont pas allaité parce qu’elles avaient de mauvaises infos, un entourage malveillants qui les a poussé à biberonner ou qui on sevré parce qu’un professionnel leur a dit que leur lait n’était pas assez nourrissant (j’en passe…) à celles là j’ai envie de dire à quel point c’est désolant j’ai de la compassion et je les invite à venir à des réunions de mères à mères ou à venir lire Les Seintes pour trouver de la VRAIE bonne infos pour leur futurs projets d’allaitement !!!

       » Vivez votre vie, mais lâchez celle des autres. » Et vous alors ?!!

      « Toute forme de lobbying est dangereux et preuve de manque d’ouverture. »

      Le lobbying le plus délétaire pour nos enfants c’est celui de Ne…., Gui… et Cie !!!
      Dans l’allaitement il n’y pas de Lobbying, notre lait c’est de l’or mais de l’or GRATUIT et c’est peut-être ça qui dérange le + finalement !!! ;o)

      Seule les allaitantes (ou ceux qui défendent l’allaitement) connaissent la valeur de ce cadeau de la vie !

      A bon entendeur…

    • Il n’y a pas meilleur père que mon mari (ok je ne suis pas objective sur ce coup-là) mais jamais il n’a réclamé de donner un biberon la nuit ! Question partage des tâches et place du père, on n’a de leçon à recevoir de personne : c’est moi qui bosse le plus, c’est mon mari qui cuisine et fait le ménage, et qui travaille à temps partiel pour s’occuper de son fils… Et j’ai allaité 8 mois sans aucun regrets de la part de ce papa en or ! L’allaitement n’empêche aucunement un père de prendre sa place de père, c’est un faux argument. Le père n’est pas plus dépendant de la mère qu’il ne pourrait l’être du niveau de lait en poudre restant dans la boîte : les tire-lait existent pour les « journées papa-bébé » qu’affectionne tant mon mari.
      Alors oui on grandit bien avec ou sans être allaité. Mais si ce qui retient une mère d’allaiter, c’est les idées pré-conçues et totalement non fondées du genre « c’est juste bon pour les mères au foyer, c’est pas compatible avec le boulot » ou « mais où est le père dans tout ça ? », c’est dommage non ?

      • De rien ! Je trouve que tu as dit ce qu’il fallait, de la manière qu’il fallait, sans agressivité ni dénigrement.
        OUI les pères ont leur place et il n’y a pas de tâche ingrate quand on s’occupe d’un nourrisson. Pour les pères qui s’en occupent, ce qui est tout à leur honneur. Et oui c une décision de couple que d’allaiter et c vrai qu’on ne parle pas assez du père et de tout ce qu’ il peut faire.
        Et pour les bibs de nuit, en général, là mère qz réveillé dz toute façon

  11. tout à fait d’accord avec Laurie! pour le 1er un préma j’ai été très mal entourée et bébé n’a jamais pris le sein (il a été gavé), mais j’ai cependant tiré mon lait…j’étais très frustrée lorsqu’il a commencé à téter qu’il refuse le sein, mais aucune aide extérieure et j’ai abandonné au bout de 2 mois! pour n°2 tout roulait, mais à la reprise du boulot, je l’ai sevré pensant que les 2 étaient incompatibles(je faisais des postes de 12h ,nuit et jour). Le pauvre petit bout a été encore plus frustré que moi…et pour n°3 qui n’est venu que 9 ans plus tard, je me suis renseignée (sur des forums) et surtout auprès d’une super sage-femme en lactation et allaitante au long cours! J’étais donc prête accueillir mon bébé! tout s’est déroulé à merveille mais il est sûr que les débuts sont durs et qu’il faut s’accrocher! mon allaitement aura duré presque 11 mois et j’ai continué à la reprise du travail malgré les horaires décalés et les nuits….bébé s’est sevré d’elle même lorsqu’elle n’a plus voulu du sein, j’aurais bien continué encore mais elle en a décidé autrement et c’est très bien comme cela. Mon époux est un père très attentionné et adore ses enfants…mais il ne m’en a jamais voulu de me lever la nuit et de les nourrir à sa place…il m’a bcp entouré afin que je mène à bien cet allaitement qui me tenait tant à coeur!

  12. Et bien, quand les seins masculins fabriqueront du lait… hein, Pico?!!!
    En attendant, il faudrait aussi partager : les vergetures, les nausées, les kilos, les restrictions alimentaires, le diabète gestationnel, l’acidité gastrique, l’accouchement, les TV, …………..
    J’ai moi aussi le mari tout comme il faut (euh, non, c’est pas le même que HBB!!!) et il n’a pas de problème pour chouchouter et materner/paterner ses petits!!!
    Merci aux seintes de partager leurs expériences et leurs informations qui permettent à bien des femmes de vivre pleinement la maternité et principalement l’allaitement!

  13. pfiou, encore un ptit débat sein/bib?! mais le Papa est là pour l’allaitement aussi, enfin bref ça m’use aussi c’est histoire de culpabilité, faut arrêter. bref pas constructif mais tout a été dit déjà…

  14. C’est très beau. C’est vrai. Mais ce n’est pas la réalité de toutes les mères. Et ce, malgré l’envie qu’elles ont d’offrir ce qu’il y a de mieux. J’ai lu les autres commentaires précédents et je réalise que je serai à contre-courant mais il faut aussi appuyer celles qui choisissent ou acceptent une autre option. Je voulais allaiter. Je n’avais acheté ni suce, ni bouteille. Et j’ai allaité mon premier bébé. À raison d’une tétée de 75 minutes toutes les deux heures. Je vous laisse faire le calcul. Peu importe. J’ai cru que j’y arriverais et j’ai essayé encore. Ma fille a été hospitalisée d’urgence parce qu’elle cessait de respirer. Déshydratée. Deux maigres kilos et beaucoup trop de peau autour de l’os. Je me souviens parfaitement. Elle a ensuite eu son congé et bien que je savais que l’allaitement n’était pas pour nous, j’ai persévéré et je le regrette encore. Quand la petite a eu neuf semaines, j’ai été admise à l’institut. Mon bébé a été accueilli chez mes parents. Ce sont eux qui ont vu grandir mon enfant. Loin de moi. Deux moi ont passé et je suis revenue à la maison. L’enfant aussi. J’ai lentement, péniblement et laborieusement réappris à être mère. À m’occuper de ce bébé qui me faisait peur. À me faire confiance. Je dirai que j’ai eu besoin d’une année avant de penser que j’étais « adéquate ». Une année. C’est long. Puis, l’envie de porter à nouveau la vie est venue chasser le reste et mon deuxième bébé est né. Je lui ai offert tout l’amour et l’attention qu’il est possible d’avoir pour un bébé. Et une bouteille. Rien ne sert de prouver les bienfaits et bénéfices de l’allaitement. Tout l’monde sait que c’est ce qu’il y a de mieux. Pour le bébé. Ce qu’on ne dit pas assez souvent, c’est qu’une maman vulnérable, fatiguée, déprimée, isolée et « aimante » ne peut apporter ce qu’il y a de mieux à son enfant. Quand bien même elle gaverait le petit de son précieux nectar…

    • Malheureusement, ton histoire confirme ce pour quoi nous nous battons : plus d’information et de soutien autour de l’allaitement. Nous ne cherchons pas à prouver ce que la communauté scientifique a déjà fait, nous nous soutenons, nous informons.
      La triste histoire de ton chemin vers la parentalité n’a rien à voir avec l’allaitement, et allaiter ne détermine pas si une mère est « bonne » ou « mauvaise ». Ca n’a juste rien à voir.

  15. Merci pour ce texte magnifique! Très agréable à lire et très vrai! Mon fils a bientôt 20 mois, toujours allaité et ce texte m’a réchauffé le cœur! Encore merci!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s