Non merci !

Pardon d’avoir insisté pour avoir un rendez-vous et de vous avoir fait perdre votre temps, mais, malgré cela, j’aurais souhaité être écoutée et guidée. Je vous ai exposé la situation et vous, froidement, m’avez conseillé de choisir entre mes nuits ou mon allaitement. Sans prendre en compte la totalité des informations, vous m’avez gentiment expliqué que mon allaitement se cassait la figure car le nombre de stimulations était trop bas depuis que ma Poulette tétait moins la nuit.

Je parle éventuel retour de couche, éventuelle grossesse, vous me dites non, aucune chance que ça influe à ce point. J’aurais aimé plus d’explications.

A aucun moment, vous ne me parlez de galactogènes, à aucun moment vous ne me demandez quel tire-lait j’utilise, vous ne me demandez pas si j’ai vécu un choc émotionnel récemment. Non, comme ça, très calmement, sans me demander ce que représente ce lien lacté pour moi, vous me dites qu’il faut soit faire machine arrière et rétablir les 10 tétées de nuit – que vous ne manquez pas de qualifier de situation délicate – ou bien entreprendre de sevrer ma Poulette.

Et pour bien finir, vous me dites que vous m’avez reçu en plus de vos rendez-vous et que vous devez libérer les locaux, vous prenez votre chèque et oubliez de me donner la feuille de soins pour mon remboursement.

Je suis donc sortie, avec ma Poulette dans le Boba, et j’ai pleuré jusqu’à la voiture. J’ai installé ma fille dans son siège, j’ai démarré, sur la route je suis passée devant un champ où un poulain tétait sa mère, et j’ai pleuré.

Je suis sortie de chez vous encore plus désemparée et angoissée qu’avant de vous rencontrer.

Heureusement que vous n’êtes pas ma seule source d’informations (et je pense aux autres mamans moins informées que moi) et grâce à de nombreuses Seintes qui me soutiennent et me conseillent, grâce à ma bibliothèque personnelle relativement fournie sur le sujet, je ne lâcherai pas l’affaire comme ça.

Jamais auparavant, je n’avais été confronté de si près à l’idée d’un sevrage et tout ce que ça provoque en moi c’est de la répulsion.

Alors, même si vous m’avez très gentiment proposé de revenir vous voir pour discuter de ma décision et de l’alimentation de ma fille, je vous dis “Non, merci !”

Billet initialement publié sur mon blog le 24 mars dernier. Depuis, tout s’est arrangé, notamment grâce à la prescription d’un arrêt d’une semaine par mon généraliste qui m’a permis de garder ma poulette avec moi et  de relancer la machine. La photo date de ce week-end où nous fêtions notre 16ème mois de tétées !

Publicités

4 réponses à “Non merci !

  1. Je suis effarée de constater, à chaque nouveau témoignage, à quel point les professionnels de santé sont capables de voler l’allaitement de tant de mères. Voler, je pèse mes mots. L’arrêter sans scrupules, sans aucune compassion, sans même se demander si c’est vraiment la solution. Je les soupçonne même de souvent prendre du plaisir à ainsi culpabiliser les mères, à la mettre au pied du mur. Eux savent, elles ne peuvent que suivre.

    Mais c’est tellement facile. Ca évite de chercher ailleurs les causes du problème. En attendant eux s’endorment tranquille, mais chez elle les mères pleurent…

    Ca ne m’inspire que du dégoût. C’est révoltant.

  2. Vive le généraliste et son arrêt de travail qui tombe à point. Fallait évidemment pas attendre la dépression post-sevrage…

  3. J’aurais pû écrire la même histoire!
    Quand mon fils avait 5 semaines, je suis allée consulter un médecin généraliste homéopathe (de surcroit).Et quand je lui ai dit que mon fils tétait toutes les 2 heures jour et nuit,il m’a immédiatement coupé la parole pour me dire que ce n’était pas possible,qu’il fallait que j’arrête tout de suite de lui donner le sein à la demande,que c’était risqué pour ma santé,que d’ici 1 mois il fallait que j’introduise des aliments solides (quand je lui ai parlé risques d’allergies il m’a répondu « vous en connaissez vous des allergies à la carotte?! »)…et j’en passe sur la place du père…
    Pdt toute la consultation,je portais mon fils en écharpe,je lui ai parlé de ses coliques (dûes en fait à un REF mais ça il ne connaissait pas bien sûr…) et à aucun moment ce soit-disant médecin ne l’a regardé et encore moins pesé!Et la cerise sur le gâteau,c’est qu’il m’a fait payer DEUX consultations!!!
    Je suis sortie de là dégoutée, en colère…Je ne suis jamais retournée le voir bien sûr!
    Heureusement,comme toi, j’étais bien informée sur l’allaitement,j’ai eu la chance d’accoucher dans une maternité « Amie des bébés » qui m’a d’ailleurs soutenue suite à cette visite!!Par la suite, j’ai consulté une pédiatre pour mon fils qui est aussi homéopathe et consultante en lactation.L’allaitement a donc continué pour notre plus grand plaisir pendant 13 mois, dont sept où j’ai donné mon lait à un lactarium!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s