Mes seins, mes gnomes et nos histoires de tétées ou Comment j’suis tombée dans l’allaitement !

Février 2006 – Une giclée sur le bâtonnet et zou me voilà propulsée au rang de future mère ! Dans ma tête plein de questions : serons nous de bons parents, arriverons nous à bien l’élever, aurons nous assez d’argent pour subvenir à ses besoins (je venais d’être licenciée) etc etc etc et bien sûr : sein ou biberon ?
Etant l’ainée d’une fratrie de 3 têtes blondes aucunement allaitées, ayant vaguement vu tétouiller à l’occasion les lutins de mes amies et des petits cousins j’étais indécise quant au choix que j’allais faire…
A 4 mois de grossesse je passe à la pharmacie chercher mon complément de Fer car je suis un peu dans les choux. Sur la porte de la pharma, une affiche pour une réunion de mères allaitantes quelques jours plus tard. Je prends le numéro de l’animatrice et l’appelle pour avoir plus d’infos sur les modalités (où quand, comment, gratuit ou pas etc…)
Me voilà quelques jours plus tard débarquant à cette réunion. L’animatrice m’accueille avec un large sourire et je m’installe au milieu des autres participantes. Petit tour de table chacune explique ce qui l’amène. Certaines sont en fin de grossesse, d’autres ont déjà leur petit lutin dans les bras et certaines ont des bambins qu’elles allaitent « encore » (à l’époque je trouvais ça bizarre mais bon ça c’était avant !)
Discussion, diaporama expliquant le « mécanisme » de l’allaitement etc… je repars chez moi avec plein (trop ?) d’infos. J’en parle à mon homme qui me dit « c’est toi qui décide moi j’te suis » (Merci chéri)
Je décide de participer aux réunions suivantes au rythme de 2 réunions par mois jusqu’à la fin de ma grossesse pour engranger un maximum d’informations pour faire un vrai choix au final.
 
18 Novembre 2006 – Mon fils parait, c’est le plus beau évidement, je l’admire, je suis fébrile va-t-il venir chercher le sein de lui même comme on me l’a dit ? Râté, vu que j’avais une péridurale il est shooté et pionce comme un bienheureux… Je passe les détails, au cours du peau à peau j’ai finalement boosté mon loulou pour qu’il vienne chercher pitance et ça marche. Whaou c’est bizarre comme sensation mais chouette à la fois.
Le glouton viendra finalement jusqu’à 12 fois par 24h me réclamer son précieux et moi toujours alerte je réponds à ses besoins parce que je sais que c’est normal !
Les choses se sont régulées d’elles même, je ne sais même pas bien quand car j’ai laissé les choses se faire. Des fois un peu stressée mais après un coup de fil aux copines de l’association et un gros coup de réassurance c’était reparti !
L’objectif des 6 mois passé, je me dis pourquoi arrêter ? J’ai tout ce qu’il faut gratuitement sous la main, allez on continue on verra bien jusqu’où ça nous menera (j’avais pris un congé parental 6 mois ensuite j’étais en recherche (pas très active) d’emploi. Les mois se sont succédés pour arriver à une année. Un nouveau cap franchi et toujours pas envie que ça s’arrête, alors on continue. Vers 15 mois un job intérim d’1 mois comme caissière de supermarché 1ère séparation d’avec mon bébé coup dur mais une super nounou open qui accepte que j’allaite chez elle tant le matin avant d’aller bosser que le soir quand loulou hurle TETEEEEEEEEEEEEE dès qu’il entend le moteur de notre voiture s’arrêter à la porte !
Ensuite boulot d’assistante maternelle où je peux concilier travail et allaitement. Au final mon loulou aura été allaité 32 mois (dont les 4 derniers pendant la grossesse où sa petite soeur se préparait à agrandir la famille). Sevrage induit par une rupture franche de lactation (chose normale) en 10 jours il a arrêté de venir téter à vide, on a compensé par des câlins.
 
05 Novembre 2009 – Petite poulette décide de pointer sa trombine avec 1 mois d’avance du coup gros coup de stress, bébé préma = néonat, intubation, etc…. bref la panique.
Finalement belle surprise 3,350kg pour 49,5cm !!! 37 semaines + 1 jour, du coup elle n’est pas considérée préma mais on a véçu un accouchement mouvementé. La poulette a soif de vivre et surtout veut sa tétée : ni une ni deux elle grimpe chercher son précieux : émotion…
Par contre les jours suivants sont plus durs, elle n’a pas été aspirée à la naissance (aspiration du contenu gastrique) du coup elle a l’estomac plein de glaires, elle tête peu 6 fois par 24h max et pionce tout le temps. Obligée de demander un tire lait pour booster la montée de lait (merci au Symphony… ;o) )
A moins de 12h de vie la sage femme de garde craint que ma fille se déshydrate et fait le forcing pour lui coller du soluté de réhydratation à la seringue ;o§
Que néni poulette est déjà une rebelle elle recrache tout à chaque tentative (bravo ma fille). Je me dis qu’elle n’est pas le même bébé que son frère et je m’emploie à respecter son rythme tout en m’aidant du tire-lait pour la montée de lait.
Elle restera une petite téteuse de nombreux mois, mais la courbe de croissance étant bonne, aucun affolement de MA part, par contre j’ai dû à maintes reprises rassurer les professionnels quant au fait qu’elle finirait bien par manger plus (peut-être) un jour !
En juillet dernier nous avons fêté notre 32ème tétéversaire (comme son frère), à ce détail près c’est que cette fois aucun haricot ne grandit en moi du coup je ne sais pas combien de temps notre lien lacté perdurera. J’évite de me poser trop de questions et je savoure. En septembre c’est la maternelle qui lui ouvrira ses portes, moi je lui laisse mes bras ouverts autant qu’elle en aura besoin.
Suis-je une Seinte ? je ne sais pas, mais je ne me suis jamais aussi bien sentie dans ma peau que depuis que j’allaite parce que ce sentiment de faire ce qui est bon pour mes bébés c’est grisant c’est un peu égocentrique mais c’est trop bon !!!
Mon conseil aux futures mères, qui comme moi à l’époque, se demandent si elles vont allaiter : tentez le coup vous n’avez rien à perdre mais surtout informez vous auprès de groupes de mères comme les Seintes ou d’associations locales pour prendre le temps de murir votre projet. Une fois que bébé est là faites VOUS confiance et faites LUI confiance nous sommes réciproquement fait pour vivre ça.
Témoignage écrit par Laurie LEGROS, présidente de Rassemb’lait
 Si vous voulez partager un témoignage, un récit, un poème, une expérience particulière, cliquez ici, et merci de votre participation à la vie du blog !
Publicités

4 réponses à “Mes seins, mes gnomes et nos histoires de tétées ou Comment j’suis tombée dans l’allaitement !

  1. Belle histoire ! Bravo !
    (et c’est bien de ne pas dire que votre garçon a fait un sevrage naturel, car qu’est ce qu’on peut entendre ce terme partout alors que ce n’est pas toujours le cas…)

  2. En effet Vervaine ce n’était pas « naturel » au sens où si je n’avais pas été enceinte il aurait surement continué à téter. L’essentiel est que ça se soit bien passé pour nous 2 finalement je n’ai pas eu de déprime de la fin de l’allaitement car je savait que qq mois plus tard sa soeur prendrait le relais hors là je dois avouer que j’appréhende le sevrage car il n’y a pas de p’tit 3ème au programme… mais bon c’est la vie qd ça arrivera on verra bien comment ça se passera en attendant je savoure chaque tétée avec amour ;o)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s