Allaiter ou pas ?

Allaiter ou pas ? Je crois bien que je ne me suis jamais réellement posé la question.

Déjà toute petite, maman me racontait le plaisir qu’elle avait de donner le sein durant les deux premiers mois de ma vie. A son grand regret, la perte de son grand-père (dont elle était très très proche) à peine un mois après ma naissance, suivi d’un terrible chagrin bien difficile à surmonter ont eu raison de ces longues tétées que nous partagions toutes les deux.

Avec le recul, je dirais simplement que sans doute, elle ne fut pas « aidée » comme il se doit dans ces moments là. Alors que toute la famille était dans le deuil de cette magnifique personne qu’était « notre pépère », elle débutait faiblement cette nouvelle vie de maman. Nuits difficiles, tristesse, seins douloureux (crevasses), pics de croissances (dont on n’évoquait même pas l’existence dans les années 80), sans tire-lait (même pas proposé pas les soignants), et certainement avec l’entourage lui disant « moi aussi vers deux mois je n’avais plus de lait», « c’est normal tu es triste ».

Je me disais donc que si maman avait eu si mal au cœur au moment du sevrage, c’est simplement parce qu’elle avait aimé me donner le sein. Alors, voilà c’était tout naturel pour moi, j’allaiterai mon enfant.

Maman, me disait aussi « être enceinte, c’est magique, j’adorais être enceinte de vous mes filles, d’ailleurs j’aurais pu être enceinte toute une vie… ».

Quand bébé commença à bouger dans mon ventre de suite je compris ce que voulait dire maman. Peu importe les nausées des 3 premiers mois, et la sciatique des 3 suivants, je n’avais jamais été aussi heureuse. Enfin en accord avec mon corps, malgré ces nombreux kilos en trop (et oui 23 c’est trop !), je prenais plaisir à me regarder dans les miroirs, me prendre en photo, un dynamisme à me faire remettre en place « je te rappelle ma chérie que tu es enceinte de 8 mois. Le dé-tapissage de la chambre je peux le faire seul ! Oui, oui mais je t’aide quand même ! ». Ce chambardement dans ma vie était un signe « j’allais devenir maman à mon tour ».

Puis lors d’un de mes rendez-vous de préparation à l’accouchement arriva la question:

Vous souhaitez l’allaiter ?

Pour moi c’était un oui, j’étais si sûre de moi, et les conseils de maman avaient muris, « je souhaite donner le sein au moins deux mois ».

La sage-femme, m’expliquait simplement que ce n’était pas toujours facile d’allaiter, et je comprenais par ses explications que j’étais peu être un peu trop sûre de moi face aux difficultés que j’allais rencontrer. Après quelques petites explications sur la position à tenir et quelques photos de mamans en train d’allaiter, je sortais de cette réunion un peu déçue, déçue de n’en savoir plus. Loin de moi l’idée de lui en vouloir, elle avait tant de chose à expliquer aux mamans et en si peu de temps ! Et pourtant, je n’étais pas encore décidée à assister aux réunions en faveur de l’allaitement. Bien sur que je voulais me faire aider, mais j’avais tellement peur de tomber sur « des hystéros du néné qui donnent la tétée à leurs mômes de 3 ans ! » Et oui les filles, MEA CULPA d’avoir pensé ça, comme malheureusement beaucoup de gens le pensent encore autour de nous. Il me manquait l’expérience et la sagesse d’une maman pour comprendre que quelque soit l’âge de son enfant, lorsqu’une celui-ci te demande ce précieux or blanc pourquoi lui refuser, pourquoi lui refuser de partager avec lui ce magnifique moment d’échange et d’amour.

Je décidais donc d’en parler à mon mari. De suite il était partant, le biberon ou le sein quelque soit mon choix, il me suivrait. Je prenais donc le temps de lui expliquer que bébé serait très en contact avec maman et qu’il pourrait lui donner le bain, jouer avec elle, et la bercer pour l’endormir. Pour mettre au clair tout cela, je préparais le projet de naissance pour la maternité, en exprimant très clairement mon souhait d’allaiter, ma peur de l’échec, et le fait que j’attendais beaucoup d’aide de la part des sages-femmes. Sans oublier que mon mari souhaitait donner le premier bain de notre fille.

L’idée était là, restait plus qu’a attendre. Ben oui ! Attendre, car la lecture et moi ça fait deux et la mauvaise élève que je suis n’a pas lu les livres (ne faites pas comme moi les futures mamans !).

Puis le moment que nous attendions temps arriva, ce petit être que j’avais porté pendant 8 mois et demi, faisait son apparition et nous propulsait au titre de parents.

La tétée de bienvenue arriva naturellement et Margot téta très facilement.

Les journées étaient faciles, lolo, dodo, lolo, dodo. Mais les nuits un peu moins, elle pleurait beaucoup, je ne savait pas trop ce qu’elle voulait, avec le recul je crois bien qu’elle avait faim. Car au 3ème jour, elle avait trop maigri, la montée de lait n’arrivait pas, et je commençais a pleurer à l’idée que cela commence mal (oui depuis j’ai également compris qu’il y a pire !). Heureusement les puéricultrices de la mater, ont de suite réagi, tétée au DAL toutes les deux à trois heures et tire lait entre deux pour stimuler un max… Au début, je ne tirais même pas 5 ml de lait, j’étais très attristée, mais avec beaucoup de réconfort de ma famille et des soignantes, je reprenais petit à petit confiance en moi. Le 5ème jour, enfin je passais les 15ml, ma fille reprenait un soupçon de poids et mes seins était juste un peu plus tendus. Après une semaine passée à la maternité, (car j’avais demandé de prolonger pour être sûre de partir sereine), l’allaitement en toute confiance pouvait commencer.

De retour à la maison, après une ou deux visites de la sage-femme libérale tout était ok. Enfin ! Nous pouvions nous faire confiance !

Un mois, puis deux, Je n’avais jamais été si heureuse. J’étais si fier que cela « marche » et mon mari était toujours présent à mes cotés « bon ben et si nous continuions jusqu’à six mois ? ».

Puis trois mois, malheureusement, à se moment là j’ai fait quelques erreurs de débutante. Ne dit ont pas que l’on grandit des erreurs que l’on fait ?

Ayant entendu celle je que croyais être la futur nounou de ma fille me dire, « il faudra habituer bébé au lait en poudre et au biberon avant de me la donner ! ». Et oui j’ai tenté d’habituer ma fille au bib avec mon lait, puis au LA, non sans mal je vous l’accorde.

Heureusement pour moi, Margot a toujours préférée le néné de sa maman ce qui m’a permis d’éviter le pire.

10 jours avant de reprendre le boulot, j’ai décidé de changer de nounou, (quelle bonne idée !), trop chère, ne pensait qu’à l’argent, me demandait de payer 5euros par jour les repas de bébé alors que « c’est moi qui produit sa nourriture merde ! Oups pardon ! », n’avait jamais donné de lait maternel aux enfants qu’elle garde, « et si jamais elle le guette pour donner du LA alors que moi je me fatigue à le tirer ? » « Va t-elle comprendre qu’il faut donner des petits bib et plus souvent ? ». Bref, ok c’est bon je change, et papa a repris les choses en main et m’a trouvé « The NOUNOU ». Et bonus elle a allaité sa fille jusqu’a 3ans. Là, je crois bien que je reprenais enfin le droit chemin !

Quatre mois, la reprise, bébé mange très bien chez nounou mais maman ne tire que deux bibs alors que bébé en prend quatre, pas grave le tiroir du congel est plein, j’avais fait du stock tous les matins depuis le premier mois de Margot. Mais à ce rythme, tenir jusqu’à six s’avère difficile !

Quatre mois et 3 semaines, le doute, le lait plus rare le soir, et je craque un bib du congel un soir, un autre le lendemain, et le 3ème jour, Aieeeee ça c’est un engorgement ! Là je comprenais (enfin vous allez me dire !) que je devais allez voir des pro du néné.

Dés le lendemain, j’assistais à ma première réunion LLL (le début d’une longue série !).

Stéphanie, m’explique bien que ce n’est pas un concours chacun son rythme et la durée qu’elle souhaite, bref et « non ce ne sont pas des hystéros du néné ! Elles aiment juste leur bébé ! ». Elle remet les choses au clair :

* Plus de bib à la maison, c’est lolo uniquement (alors que moi je pensais que je devais garder les bibs de jour comme chez nounou ! oh le gâchis!)

* Plus de bib chez nounou à 17h alors que maman arrive à 17h15. Bébé patiente et maman donne un gros lolo en arrivant.

* Une grosse tétée le matin c’est bien, mais une petite seconde juste avant de partir c’est encore mieux.

Cinq mois, bébé et maman se font confiance, oui j’ai assez de lait, oui on va y arriver.

C’est tellement bien de donner le sein, j’adore ! et ma chérie aussi…

Sixième mois, diversification, tout va bien, prochain objectif un an ?

Sept, huit mois, je découvre à qu’elle point j’aime conseiller les autres mamans lors des réunions, j’adore, je me sens utile. Et quel plaisir de donner le sein à son enfant.

Neuf, dix mois, le baby-blues, je n’avais plus du tout le moral heureusement ma petite chérie et mon mari étaient là ! Ma famille et mes amis me manquent ! Les pleurs et encore les pleurs ! Je serre ma fille dans mes bras et ça va mieux !

En plus de tout ça, tirer mon lait devient de plus en plus difficile, j’en ai un peu marre, je culpabilise. Comme Margot mange à présent des yaourts, je décide de ranger le tire lait, finit les deux tirages par jour au fond de la douche du boulot.

Finalement, j’apprendrai par nounou que Margot s’y adapte très bien, le seul bib de 10h qu’elle prenait encore vient de disparaître et cela ne la dérange pas du tout. Faut dire, elle se rattrape très bien le mercredi et le week-end.

Onze mois, UN AN, « et si on se disait 18 mois », ça c’est pour les autres car moi je n’ai plus de limite à présent, peux être que une future grossesse fera les choses naturellement ?

J’ai retrouvé ma ligne, -25kg depuis la fin de ma grossesse, ça c’est trop bon pour le moral, je découvre mon nouveau corps.

Treize mois, Margot demande de moins de moins de tétées. Un jour, elle a même pris une seule tétée, j’étais triste, j’en ai parlé à mon mari qui m’a répondu « tu sais c’est simplement que notre fille grandit ! ». Sniff, sniff oui mais je n’ai pas envie d’arrêter !

Mais trois semaines de vacances auprès de maman auront eu raison de cette petite baisse de régime.

Quatorze mois… Margot fait Humm, Humm lorsqu’elle prend la tétée, que du bonheur !

Aujourd’hui, je regrette :

* d’avoir trop vite jugé les mamans allaitant leurs bambins alors que je n’avais même pas notion de ce que voulait dire allaiter.

* de ne pas m’être plus renseignée avant, car sans infos j’aurais peut-être pu tout faire foirer.

* D’avoir fait pleurer ma maman, en lui exprimant tout le bonheur que j’éprouvais grâce à cet allaitement, et en mettant surement le doigt sur le fait qu’a l’époque elle ne fut pas suffisamment aidée pour continuer.

* D’avoir gaspillé du lait alors qu’il m’en a manqué après…

* Que les allaitantes soit jugées de le faire trop longtemps et les non-allaitantes de ne pas le faire du tout, dans un pays de liberté, soyons plus tolérants !

Je suis fière

* De ma fille, car grâce à elle, je me suis découverte, j’ai appris à m’aimer.

* De mon mari et du tout le soutien et la confiance qu’il m’apporte dans cet allaitement, il est ma source de réussite.

* De donner chaque jour le meilleur de moi-même à ma fille, du bonheur que cela lui apporte.

* De pouvoir dire à qui veut (ou pas d’ailleurs) l’entendre « Et oui j’allaite ma fille de 14 mois ! »

* D’avoir fait changer d’avis plusieurs personnes sur les bienfaits de cet allaitement long.

Je remercie

* Ma maman de m’avoir donné envie d’allaiter

* Ma copine Débo d’avoir été là à 1heure du mat quand j’étais à la mater pour décrocher son portable alors que je pleurais de mal faire.

* Ma nounou, d’avoir toujours pris soin de ce peu de moi que je lui apportais le soir après le travail (quelque fois encore tiède d’ailleurs .-)), de ne jamais me refuser de m’installer dans son canapé quand bébé demande un « yoyo, ça » = un lolo là maman dans le canapé !

 * L’animatrice de la LLL qui m’a aidé à la reprise du boulot.

 * Les seintes de McMaman de nous donner régulièrement le sourire aux lèvres et les larmes aux yeux avec les témoignages qu’elles publient. Et pour tous les conseils qu’elles donnent aux jeunes mamans.

Pour mon prochain bébé, je souhaite :

* Ne pas donner de LA en faire 100% lait de maman

* Essayer de donner mon lait au lactarium pour les bébés prématurés.

* En fait tout autant, et plus encore !

Par Hélène De G.

Publicités

13 réponses à “Allaiter ou pas ?

  1. rooh ! j’adore ! je suis émue !
    félicitations pour cet allaitement long qui je l’espère durera aussi longtemps que vous en aurez envie toutes les deux !
    bsx à ta petite famille !

    • Merci, Séverine, J’espère également que cela durera aussi longtemps que tu le souhaite avec ton petit dernier et tes prochains à venir… Amitiés Hélène

  2. Très émouvant, je m’y retrouve à 100 pour 100! Ma nenette a égalment 14 mois , nous devions peut être, être dans les même impasses ou même moment;.. MERCI pour ce témoignage si sincère.

    • Merci Jaja, ça fait vraiment plaisir de se sentir un peu moins seule dans cette magnifique expérience…

  3. J’ai lu ton article avec mon troizan au sein 😉
    Beau témoignage et beau parcours: merci pour ce partage!

  4. on apprend tous les jours
    et comme toi, avant la naissance de mon bébé, je ne me suis pas vraiment renseignée sur l’allaitement. heureusement qu’on finit par trouver des solutions et avancer 🙂

    que vos moments partagés entre ta fille et toi continuent de la plus douce des façons possibles, avec amour et tendresse.

    • Merci beaucoup Anna. Je pense également avoir eu beaucoup de chance, car ça n’a pas était si difficile pour moi (contrairement à certaines maman). Que cela dure tant que ma fille le voudra…

    • Merci Vervaine, la photo est de papa, j’en ai si peu de Margot au sein car je dois toujours un peu insister pour qu’il nous prenne. Mais là il m’a fait plaisir en arrivant tranquillement avec l’appareil pendant cette tété-piscine.

      • Ah, moi c’est pareil, je n’ai presque pas de photos de ma fille au sein!!! Comme c’est souvent moi qui prend les photos, pas facile quand j’allaite 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s