Pas toujours une évidence.

J’avais fraîchement 19 ans lorsque ma première fille est née. Célibataire accompagnée de ma mère et d’une bonne équipe soignante, la question de l’allaitement n’est survenue qu’à 6 cm de dilatation, très simplement : « Vous comptez allaiter ? ». Une question qui me paraît maintenant remplie de plein de choses, mais à laquelle j’ai répondu « Je ne sais pas, je ne pense pas, je n’y connais rien… ». Pour réponse j’ai reçu le médicament qui évite la montée de lait, et l’histoire était réglée.

3 ans plus tard jour pour jour, à son anniversaire, j’apprends que mon trésor va devenir grande soeur. Son papa et moi étions rabibochés, chose qui a été faite non sans peines…

Cette nouvelle grossesse a fait place a bien des questionnements, sur des points divers et bien sûr l’alimentation.

Parce que ma fille a fait de moi une mère, un être aux capacités dont je ne soupçonnais pas l’existence. Elle m’a fait découvrir une façon d’aimer sans compter, à donner sans compter, et à me battre sans compter…

J’ai été une mère présente, aimante, maternante malgré les biberons qui fusaient. 2 mois et demi après sa naissance, j’ai même tenté une mise au sein, sans succès.

Me voilà donc enceinte pour la seconde fois, avec des principes plus forts que jamais et une volonté de faire toujours mieux. Je voulais pouvoir appliquer tout ce que j’avais appris de mon expérience, mais aussi de ce que j’avais lu pendant ces années, et encore plus pendant ces mois de grossesse.

Une heure environ après la naissance vient le moment de la mise au sein. J’appréhendais, j’avais hâte, je me questionnais sur le « quelle sensation ? » … Une sage-femme est venue, et ma deuxième puce a tété merveilleusement bien. Ma première sensation, ma première réaction a été : ça tracte ! Cette réflexion a bien fait rire mon entourage, mais c’est vraiment ce qui m’a marqué.

Cette tétée dans la pénombre en peau à peau a été la première d’une longue liste, puisque ma fille a aujourd’hui 10 mois ! Elle a été allaitée exclusivement jusqu’à un peu moins de 6 mois, moment où nous avons commencé la DME (Diversification Menée par l’Enfant) car cette chipie est gourmande et très curieuse ! Elle tète encore jour et nuit, pour notre grand plaisir !

Elle dort également avec nous, chaque nuit.

Je n’ai pas vécu beaucoup d’obstacles, et ceux qui se sont pointés ont été vite résolus grâce à mon information et au soutien (parfois sans qu’elle le sache) de McMaman, ainsi que les seintes qui postaient chaque jour. Je lisais les questions, les soucis, ainsi que l’attitude à adopter. Je suis donc rapidement venue à bout des premières (et seules) crevasses, j’ai géré l’engorgement et le jour où la mastite a menacé, j’ai pris les choses de front.

Ce que je retiens de l’allaitement, c’est que côté pratique, c’est beaucoup plus simple que les biberons. Je ne vais pas vous lister tous ses bénéfices nutritifs, ni les innombrables moments de tendresse partagés.

J’ai un lien merveilleux avec chacune de mes filles, mais je regrette sincèrement ne pas avoir allaité mon aînée. Si seulement la sage-femme m’avait parlé d’une tétée de bienvenue, d’essayer et qu’on verra ensuite… Je suis sûre que tout aurait été lancé. Mais l’erreur vient aussi de moi, je n’ai pas cherché l’information où il le fallait.

Si j’avais vécu une première tétée avec ma première fille, je n’aurais plus arrêté, car c’est de là que m’est venue la fameuse « évidence ». L’une après l’autre, semaine après semaine, je ne me voyais pas lui retirer ces seins si bienfaiteurs, si chauds, si réconfortants, pleins de vie.

Aujourd’hui on s’approche de la première bougie, une victoire que je n’ai d’abord pas cherché mais au final une sacrée fierté ! Me voici convaincue et j’essaie d’être convaincante, j’en parle et je ne me cache pas, je compte aller jusqu’au sevrage naturel et je défends les seins nourriciers comme une lionne ! J’ai même commencé un blog qui partage sur ce sujet parmi d’autres.

Merci aux Seintes et à sa Seinteté.

Bonnes tétées !

Maman toujours

Publicités

2 réponses à “Pas toujours une évidence.

  1. allaiter son enfant, c’est tendre, c’est un moment que chacune d’entre nous aimons, c’est un acte d’amour aussi.
    merci pour ton partage et toute la douceur qui passent à travers ces lignes.

  2. Merci de le partager et de le lire ! L’évidence et le naturel ne sont vraiment arrivés qu’à la première tétée, et quel bonheur ! Maintenant tout est installé depuis longtemps, on grandit et on s’adapte avec les situations qui se présentent, mais rien de tel qu’une tétée pour retrouver le meilleur des repères 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s