Jours, mois, années…

Allaités-des-années-couv-207x300

Très peu de jeunes mères pensent dès la naissance allaiter jusqu’au sevrage naturel, surtout s’il s’agit de leur premier bébé. Certaines trouvent ça « bizarre » ou trop long (et ce sont parfois celles qui allaitent le plus longtemps, au final…), et d’autres n’y pensent juste pas du tout.

Parce qu’il faut le vivre au jour le jour pour le comprendre, et parce que notre société nous a formaté pour penser « sevrage » dès la première mise au sein… les dates de péremption mammaire varient : tétée de bienvenue, 3 semaines, 3 mois, 6 mois, les premières dents, les premiers pas, les premiers mots.
Chacun et chacune a laissé des barrières fermer son esprit, et il faut du temps, du soutien et de bonnes informations pour les démonter une à une afin de suivre son propre chemin de parentalité.

L’allaitement est certainement un des sujets les plus susceptibles de nous mettre sur la défensive. Un nouveau-né ne fait pas grand chose, à part dormir, être mignon… et manger. Son alimentation est donc primordiale, et toutes les études parues depuis décennies prouvant son impact sur la santé au cours de la vie ne font que nourrir des « débats » ou science et affectif se mêlent maladroitement.

On entend souvent qu’il ne faut pas parler des risques des préparations artificielles, pour ne pas faire « culpabiliser » ceux et celles qui les choisissent pour leur enfant.

Mais on entend beaucoup moins le soutien, les bravos et les félicitations de celles et ceux qui se battent pour mettre en place un allaitement et vont au bout de leur projet.

Un jour, j’assistais à une réunion de la LL « spéciale bambin », et j’ai été choquée lorsque l’animatrice a dit « Ici, je peux le dire, j’ai allaité ma fille jusqu’à 6 ans« .

La durée de leur allaitement n’est pas ce qui m’a choquée – je n’ai pas à être choquée de ce qui leur appartient, chaque histoire est unique.

Ce qui m’a choqué, c’est cette crainte de « faire peur » en parlant d’allaitement long, jusqu’au sevrage naturel, en dehors d’un cercle restreint de mères qui « savent ce que c’est ». Comme s’il fallait se cacher, comme si ce que nous faisions était honteux – une déviance, une dérive, que sais-je.

Mais comment l’allaitement maternel, et a fortiori l’allaitement dans le respect de l’enfant, jusqu’au sevrage naturel, celui que nous soutenons, le chemin sur lequel nous souhaitons avancer, pourrait-il reprendre sa place normal dans la société si nous nous cachons ?

549700_10150706310127296_1314711163_n

Ann Sinnott elle aussi a allaité sa fille jusqu’à 6 ans. De son expérience au sein de la LL, de ses lectures et d’une « enquête menée auprès de plus de 2 000 familles réparties dans 48 pays et exploitant les théories sur le développement de l’enfant, la recherche en neurosciences, les découvertes de l’archéologie et de l’anthropologie« , elle a tiré un superbe livre : Allaités… des années ! dont la traduction est parue aux Editions du Hêtre.

Cette maison d’édition « nature », j’en parlais la semaine dernière ici, et l’an passé nous avions organisé un joli concours autour de la BD Hathor, la déesse-vache.

Je ne vais pas te mentir, je n’ai pas fini de le lire – quelle mère pourrait m’en vouloir, vous savez ce que c’est… quelques pages volées au détour d’une tétée, puis la tête qui dodeline et on s’endort dans les cheveux de l’enfant.

Mais dès les premières pages, la claque : on comprend comment le manque d’information fait des dégâts irréparables. Oh je ne parle pas de ce « choix » qu’on nous vend à toutes les sauces ; pour moi l’allaitement n’est pas un enjeu de choix – c’est se tromper de question. Je parle d’informations, de soutien, d’aide. Les témoignages qui ouvrent le livre respirent la tristesse de l’échec du premier allaitement, la volonté de réussir avec le suivant. Comme une revanche à prendre sur tous ces mauvais conseils qui ont laissé tant de blessures dans l’âme maternelle.

all

Une étude au regard bienveillant, aux chiffres implacables, aux conclusions qui nous rendent fières. Oui, fières. Est-ce un crime d’être fière de ses choix ? Est-ce forcément juger les autres qui n’ont pas fait le même ? Non, bien sûr ! Tout le monde a le droit d’être fier des choix qu’il a fait et des projets qu’il aura mené à bien selon sa propre volonté et conscience.

Aucune idéalisation ici : Ann Sinnott parle aussi bien des conséquences positives de l’allaitement long sur l’attachement mère-enfant et la prise d’autonomie que les soucis éventuels qui peuvent apparaître au fil des mois, comme la « saturation tactile » des seins par exemple, lorsque la femme ne souhaite plus que son partenaire les touche, ou les difficultés du cododo (qui n’est d’ailleurs pas obligatoire pour réussir un allaitement long).

Tout mode de vie entraine des contraintes et des obstacles à surmonter, et ce livre permet à la fois de comprendre que ces obstacles sont courants, qu’ils sont surmontables et que le sevrage n’est pas en soi une solution miracle.

Des origines de l’allaitement au maternage et questions culturelles, ce livre aborde tout, et l’enquête internationale permet d’avoir une vision globale très intéressante – qui change des « débats » franco-français qu’on lit souvent.

En annexe, des dossiers passionnants sur le lait industriel : histoire, processus de fabrication, question du choix « éclairé », risques… dont un paragraphe sur l’entérocolite nécrosante, sujet très « à la mode » ces jours-ci sur la toile mais dont la fréquence accrue en cas d’alimentation avec du lait artificiel est déjà mentionnée dans une étude datant de … 1990 !

Pour tous ceux qui veulent en apprendre plus sur l’allaitement, comprendre l’allaitement, ce livre est à lire absolument.

Ca tombe bien, on vous en fait gagner 3 exemplaires ici même.

Un concours photos qui se déroule jusqu’à samedi 22 décembre à midi pile, avec un relais des photos sur Facebook.
Une seule photo par personne, uniquement photo « amateur », à envoyer à jesuisuneseinte@gmail.com en glissant dans le mail (outre les formules de politesse usuelles) le mot : LACTOLIQUE.
Ce concours est réservé aux Likers de la page Facebook des Seintes et de celle des Editions du Hêtre.

Un thème seint facile, et évident : « Allaiter un grand ! »

Chacune ayant ses limites, son histoire, son imaginaire, laissez cette phrase résonner en vous et envoyez la photo qui vous convient. « Grand », ça peut etre 6 mois pour certaines, 2 ou 4 ans pour d’autres – plus peut-être.

Et n’oubliez pas, mesdames, soyez fières de vous – envers et contre tous.

PS : découvrez la page Facebook du livre ! (en anglais)

15861_199654447295_4899542_n

EDIT : Les 3 gagnantes de ce concours sont Annabelle M, Gwendolyne L et Marion B, avec les photos suivantes :

44630_458195780904857_611527480_n 65083_458195837571518_1919533779_n 149790_458170730907362_566839956_n

Merci à toutes pour vos participations, et à demain pour un nouveau concours !

Publicités

9 réponses à “Jours, mois, années…

  1. Mon Dieu je rève de ce bouquin, en plus je viens de me prendre une claque en repas de famille par mon père qui me dit « faut que je te dise quand même, ça me choque vraiment de te voir allaiter un si grand bébé » Mon fils a 14 mois. Ils sont pas prets d’arreter d’être choqué car le sevrage naturel n’est pas maintenant… Je vais tenter de trouver une photo.

  2. Ma fille s’est sevrée à 10mois. Fini le sein de maman, elle n’en voulait plus. J’ai pas insisté. Je suis passée au lait 2ème âge. Puis au lait de vache. J’entends encore une pédiatre me dire « MAIS pourquoi donc du lait de vache???? Il faut du lait adapté, du lait de CROISSANCE! » Non madame, le lait de croissance n’est pas adapté, c’est le lait maternel dont nos enfants ont besoin. Et faute de n’avoir pu lui donner plus longtemps qu’elle ne l’a voulu, je fais avec ce que m’offre la nature. À savoir du lait animal ou végétal, du fer, des acides gras essentiels, des vitamines et tout ce que je peux faire pour nourrir mon enfant correctement. Drôle de société qui prône un peu d’allaitement maternel pour la conscience et bcp d’allaitement chimique pour le business…

  3. Merci pour ces mots qui me blindent de fièrté !!!
    Vous m’avez tellement touchées que mon loulou a fini sa tété sous une pluie de larmes, mais des larmes de bonheur de réussir ce deuxième allaitement. Dix mois de tétouillage intensif que nous vivons si bien… Vous y êtes surement pour quelques choses, vous les seintes mères !
    Merci

  4. Merci pour cet article et pour faire connaitre ce livre. C’est vraiment le discours qui me plait autour de l’allaitement pour sortir de ce sacro-saint « choix ». Un choix l’est-il vraiment lorsqu’on est mal informée et qu’on le ne sait pas?!
    Je me retrouve vraiment dans le début du post: je ne pensais pas allaiter longtemps! Je ne m’étais rien dit, pas de c’est trop long ou autre date butoir, juste je ne savais pas… J’avais quand même l’idée des 6 mois en tête mais guère plus. Résultat, un allaitement de 22 mois en cours d’arrêt pour cause de… grossesse. Et la pour le coup, une vraie baisse de lactation contre laquelle aucun galactogène ne peut rien! 😉 Nous verrons après la naissance si je reprends ou pas, mais c’est encore pareil: on verra comment ça se passe, pas d’anticipation.
    Je n’ai pas de photos, donc je ne participe pas au concours, mais je tenais à vous remercier (toutes les Seintes) pour ces mots justes.

  5. Je suis maman de jumelles qui vont sur leur 2 ans et demi.
    L’ une est toujours allaitée matin et soir et l’autre c’est devenu plus rare.
    Lorsque je dis ça à mon entourage proche, je ramasse encore des « elles tétouillent quoi » « c’est juste pour faire un câlin » « elles sont grandes quand même »…etc
    J’ai toujours réponse à leurs réflexions mais ça me saoule!!!!
    Je donne encore le meilleur de moi à mes filles et on me reproche ça…c’est à n’y rien comprendre…alors que ma soeur et ma belle soeur ne se sont pas trop cassées la tête en donnant le biberon..pretextant avoir plus de liberté (rires)…
    Je ne comprends pas cet acharnement à faire culpabiliser les mamans allaitantes quelle que soit la durée!!!! En quoi cela les regarde???

    Merci pour ce superbe article!!!!!

  6. ça donne vraiment envie, j’ai hate de pouvoir lire ce livre… Bonnes fêtes à toutes les seintes !

  7. Merci pour cet article et surtout pour ce blog. en vous lisant je déculpabilise de toute la culpabilité que la société, ma famille, mon entourage, mon conjoint font peser sur moi d’allaiter (encore!!) ma fille à 6 mois passés. En vous lisant j’ai enfin l’impression d’être normale et de ne pas avoir besoin de me justifier comme avec mes copines qui me demandent « tu l’allaites toujours? » sur un ton plein de sous-entendus. et enfin en vous lisant je suis fière d’être une maman qui donne le meilleure d’elle même à son enfant!
    Alors encore une fois 2013 mercis!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s