La dernière tétée

44630_458195780904857_611527480_n

17 janvier 2013

C’est un jeudi matin presque ordinaire. Presque. J’ai du mal à respirer, je téléphone au médecin qui me prend dans une heure, tiens, c’est rapide…

Ma grande est à l’école, j’habille Bébé en vitesse et on saute dans l’auto.

Le médecin m’envoie faire une prise de sang puis me dit de passer aux urgences pour un petit examen rapide. Quand je lui demande pourquoi ce manque d’air, elle me répond qu’elle ne sait pas… mais prend quand même un rendez-vous de scanner en urgence pour lundi…

Nous arrivons au laboratoire, Bébé s’amuse à essayer toutes les chaises de la salle d’attente, fait sourire un Monsieur qui attend lui aussi. On me demande pourquoi ma prise de sang est une urgence, je ne le sais pas, le médecin ne me l’a pas dit. Bébé râle pour retourner dans le siège auto, comme d’habitude. Et puis nous voilà aux urgences, juste pour vérifier que tout va bien. De toutes façons c’est bientôt 11h30, il faut que j’aille chercher ma grande.

Moi je leur dis que tout va bien. On est là dans cette pièce blanche et froide. Toi mon petit être de 26 mois qui grimpe sur la table et qui en redescend, tu t’occupes gentiment comme tu sais si bien le faire. Et puis tu me demandes à téter, alors on tète sur cette table des urgences, on tète comme on le fait depuis 26 mois. Tu prends le sein gauche puis tu me demandes « l’aut’ » tu tètes le sein droit et tu redescends de la table pour continuer à t’amuser.

Ensuite tout s’enchaîne. Je comprends que je ne sortirai pas de là pour aller chercher ma grande à l’école. Je comprends qu’il faut que j’appelle mes parents pour qu’ils viennent chercher Bébé. Je comprends que tout ne se passe pas si bien… Puis il y a la prise de sang, la radio, la perfusion, le scanner. Cet interne qui me parle d’embolie pulmonaire, je pleure, quelque chose de grave, je me sens bien, ils se trompent…

Et ce médecin, qui arrive dans la pièce comme une fusée, qui s’assied, qui me parle les yeux dans les yeux avec son accent bizarre « masse…. Médiastin… lymphome… Hodgkins… chimio…. Biopsie…. Demain …. Echographie cardiaque… nuit à l’hopital…. »

Je ne sais plus ce que je me suis dit, si ce n’est que j’avais l’impression que ce n’était pas moi, que j’étais dans un cauchemar.

Puis j’ai pleuré, j’ai pleuré parce que je ne pourrais plus allaiter.

J’ai pleuré parce que ce n’était pas possible, je ne l’avais pas choisi, je n’étais pas prête.

J’ai pleuré parce que cette tétée dans cette salle des urgences était en fait la dernière. La dernière de mon bébé, la dernière tout court ?

Pas comme ça, pas maintenant, pas moi. Aucune conscience de la gravité de mon état, j’ai pensé à mes enfants, c’est ça une maman, ça pense à ses enfants.

Et la dernière tétée de ma grande ? Je ne m’en souviens pas précisément, c’était le matin, dans le grand lit, tout blottie contre moi pleine de sommeil, toute chaude et toute douce ma grande de 4 ans et demi.

18 janvier 2013, 19h

Ce médecin, devenu maintenant mon médecin a réfléchi et me laisse rentrer à la maison. Joie (toute relative)

J’ai à peine passée la porte que bébé me demande à téter, il faut refuser pour la première fois en 26 mois, faire face aux pleurs et ne pas laisser couler les larmes, entendre ce petit être qui ne comprend pas ce refus et dédramatiser la situation. Et Ma grande à qui on a expliqué que maman est malade, qu’on remplacera les tétées par des câlins collés. Gérer cet état de choc ingérable parce qu’on était une famille normale, parce que ça n’arrive qu’aux autres, parce que c’est tellement brutal, parce que je viens de fêter mes 30 ans…

Personne n’a eu le choix. On se l’est pris en pleine tronche ce cancer. On a touché le fond chacun a sa façon. Mais pas eux, ni la Grande, ni Bébé, eux ils sont épatants, ils ont senti qu’il ne fallait pas me rajouter de la tristesse, eux mes essentiels.

Aujourd’hui, un diagnostic précis et 2 chimios plus tard, bébé demande encore s’il peut téter quand il est fatigué ou qu’il a besoin d’un câlin et passe à autre chose quand je lui réponds non. Bébé n’a pleuré qu’une fois, ce 18 janvier. Ma grande ne demande plus si le médecin a dit qu’on pouvait téter, ma grande a grandi.

Maintenant notre vie est sans tétées.

Et moi, j’ai cette immense chance d’être en train de guérir. On ne peut pas tout avoir …

Annabelle.

*** Toutes nos pensées pour Annabelle et sa famille ***

Publicités

100 réponses à “La dernière tétée

  1. Que d’émotions dans ce billet, et quel courage de mettre des mots dessus. Je te souhaite une guérison la plus rapide possible!

  2. Merde. Je suis au bureau, en pleurs devant mon écran. En pleurs de ce récit, de ce séisme qu’a vécu (que vit) cette famille, en pleurs parce que je me projete et je réalise que, un jour, il faudra arrêter les tétées.
    Courage Annabelle.

  3. J’ai le coeur qui se serre, qui va dans le chagrin et la joie. Mon dieu, quel courage faut-il pour surmonter ces épreuves. Je vous envoie mille pensées, prières et ondes positives pour le reste du chemin à parcourir, de belles choses pour la vie. La vie.

  4. Ton témoignage est si émouvant Annabelle ❤
    plein de courage pour toi et ta famille pour ces moments difficiles. Tendres pensées… ❤ ❤ ❤

  5. Et bien oui ,que d’émotions.
    J’ai un nourrisson de 2mois, mon allaitement a été un échec ,j’ai beaucoup pleuré et la, je vous lis, je pleure encore.
    . Mille pensées à votre famille et du bonheur pour la suite

  6. Merci Annabelle pour le partage de votre témoignage très très émouvant. Moi aussi, je suis en larmes devant mon écran…. Bonne chance pour la suite 🙂

  7. Cela me rappelle tellement de souvenirs…
    Je n’ai pas eu la chance d’avoir 26 mois de tétée, mon hodgkin est apparu avec ma grossesse, diagnostiqué seulement au 9 mois de mon fils, le lait c’est arrêté au bout de 5 mois malgré les efforts aujourd’hui j’ai compris pourquoi mais que je regrette cette maternité qui n’a pas été comme j’aurai souhaité.

    Aujourd’hui je suis à 17 mois de rémission de mon LH stade IV avec atteinte mammaire… je suis encore dans l’attente de savoir si les chimios m’ont rendu définitivement stériles et si ces 5 mois semés d’embuches seront les seuls que je connaitrais.

    Je te souhaite pleins de courage pour les traitements, si tu le souhaites tu peux me contacter.

  8. Quelle émotion dans ton récit !

    Si ça peut te rassurer, j’ai pour ma part voulu le sevrage de mon premier bébé, à l’âge de deux ans, car étant à nouveau enceinte je ne supportais plus le contact physique, j’avais énormément de nausées et très mal aux seins, sans compter mon moral qui était au plus bas… Je n’y arrivais plus. Cependant, je lui ai laissé le temps puisque pendant 6 mois nous avons continué les tétées tout en ralentissant tranquillement. Il a donc eu le temps de s’y habituer.
    Pourtant, parfois quand il est malade et qu’il voit son petit frère téter, il me dit qu’il est petit et qu’il voudrait téter aussi… Mais après il comprend bien que c’est fini.
    Heureusement, je n’ai jamais eu à le voir pleurer de la situation.

    Bon courage dans cette lutte contre la maladie !

  9. J’ai les larmes aux yeux, c’est dur ce que vous avez vécu, ce que vous vivez. J’espère que la guérison viendra vite.

  10. Je vous souhaite un prompt rétablissement et sait combien c’est dur ! Vos enfants sont merveilleux, mais comment peut il en être autrement. ? Vos enfants donnent comme vous vous avez pu leur donner tout l’amour du monde.
    Je vous souhaite à vous et votre famille tout ce qu’il y a de meilleur !

  11. Comme Lu, je lis ce billet qui me fait comme un coup de poing dans le coeur. Avec Alix, c’est 19 mois, bientôt 20, de tétées heureuses. Je ne peux que me projetter… Je suis heureuse que vous soyez en train de guérir, car l’important est de continuer, au travers de tout ça, avec votre Grande, votre Bébé et votre Homme.

  12. Bravo pour ce témoignage touchant et très émouvant.
    Tu es forte Annabelle, très courageuse.
    Puisse cette épreuve être bientôt derrière toi.
    Tout notre soutien.

  13. Boulversant ! J’en ai les larmes aux yeux !
    Je vous souhaite plein de courage et une bonne guérison !

  14. je pleure, je pleure, je pleure… je n’arrive pas a m’arrêter, parce que la vie est parfois i injuste.
    Pourtant cet article, ce témoignage, je le vois comme positif, puisque Annabelle guéri, puisque ses enfants vont bien.
    Mais je pleure…
    Le sourire de nos enfants c’est une force tellement énorme!!!
    Courage a vous

  15. bonne guérison et beaucoup de courage et encore beaucoup de bonheur en famille! en changeant certaines choses dans sa vie, on peut souvent arriver à dominer le cancer! courage!

  16. Tout mon soutiens dans cette épreuve…il y a 1 an j’ai failli ne plus pouvoir allaiter …en gros douleur dans la poitrine et le bras..direction urgence..la détection de très grosse crise de péricardhite…l’interne de garde me parle de médicament contre indiqué dans le cas de l’allaitement…je fond en larme …puis je refuse le traitement je préfère allaiter….il cri au scandale me dit que ma fille fera comme tout les autres enfants s’adaptera et prendra le biberon…fait appeller en pleine nuit ma pédiatre pour qu’elle me raisonne……et il se fait envoyer chier!!! Ouf il y a des traitements parallèles pour me guérir et que je puisse continuer à allaiter. Donc j’ai eu plus de chance que toi mais durant quelques heures très longues j’ai ressenti ce que tu as pu vivre, je te comprends..courage et force l’essentiel dans ton cas c’ets que maman aille mieux et que bébé puisse toujours profiter d’elle

  17. Malheureusement à chaque fois qu’il y a une première fois, il y a aussi une dernière fois. Il faut tout plein de courage pour vivre et il y en a tant dans ce texte magnifique. Je vous envoie toutes les bonnes ondes que je peux pour la suite

  18. une larme de tristesse, une larme de joie, des larmes tout court pour vous accompagner dans votre combat. Vous voici sur le chemin de la guérison, je vous souhaite donc du bonheur à venir avec votre famille mille pensées ❤

  19. Bonne guérison. Et des gros câlins aux enfants
    Votre récit est très émouvant
    Mais qu’est-ce que union pour une tête. Quand ont n’a sa maman pour la vie

  20. y a pas de mots assez forts…je rejoins l’ un des premiers commentaires, poignant. Toutes mes meilleures pensées vont vers vous.

  21. Je voudrais répondre à tout le monde et puis on me dit que je ne peux pas poster de commentaires trop rapidement, mais qui est l’administrateur de ce site ??? mouahaha….

    Bon oui mon texte est triste parce qu’apprendre qu’on est malade c’est affreux mais j’ai très vite rebondi…
    Et là je peux même dire que je vais bien. 3ème chimio jeudi (j’en ai 8 en tout), très peu d’effets secondaires, une tumeur qui a déjà diminué, un entourage formidable et puis tous ceux qui me témoignent de l’amour, du soutien, chacune d’entre vous, tout ça est tellement important.

    Comme je le disais à Marion : La guérison c’est un travail d’équipe, c’est comme une armée dont je suis le chef, plus on est nombreux, plus il est facile de terrasser l’ennemi.

    Alors MERCI …

    Ça faisait 3 semaines que je n’avais plus versé de larmes, c’est vos commentaire qui m’ont fait pleuré, mais tout ça est positif, sisi…

    On voulait un 3ème enfant et puis là je ne sais pas… mais en même temps on a encore le temps d’y penser, je n’allaiterai peut-être plus, mais je vis, je vis avec mes 2 amours, avec mon super mari et c’est bien là le plus important.

    Soyez heureux, profitez de chaque minute et continuez à téter !!

  22. Tellement touchant que je ne peux rester sans vous écrire un petit quelque chose…j’accouche dans 4 semaines de mon 3ème qui sera allaité ( au grand malheur de ma belle famille), mais franchement ce témoignage me donne la patate pour leur dire FUCK. On a qu’une vie, on en profite à fond, un jour tout s’arrête sans qu’on ait eu le temps de dire ouf…
    Alors, continuez à vous battre contre cette saloperie, ne lâchez rien, tenez bon.
    Vivez heureuse.
    Marie

  23. Pouah.. mERCI du fond du coeur Annabelle.. tu es admirable,formidable ! Continue à nous donner des nouvelles.. et garde cette force.. Je pense à toi et à ta famille !

  24. Quelle émotion…
    Bravo Annabelle !
    Et merci pour ce partage…
    Je vous souhaite pleins de belles choses à venir !

  25. Je suis émue aux larmes… Que de mots magnifiques…..
    La vie bascule si vite….. Remettez vous bien…
    Claire

  26. Oh que ça me rappelle des souvenirs ça ! 😦

    Octobre 2003 : Rentrée à l’hôpital pour un simple examen, peut-être assorti d’une petite intervention chirurgicale, mais pas grand chose, une semaine d’hôpital à tout casser. La négociation avant pour que Kaou (9 mois 1/2) me rende visite et puisse téter une fois par jour et qu’on garde mon lait dans le frigo du service pour qu’il puisse avoir des biberons la journée. Et puis cette tétée, la dernière, interrompue par le médecin venu m’annoncer que c’était cancéreux. J’avais 31 ans.
    La soirée qui a suivi, où, seule dans ma chambre d’hôpital, j’ai longuement palpé cette boule, dans mon abdomen, grosse comme une balle de tennis, en refusant d’envisager autre chose qu’un pronostic positif. Puis la lettre de 4 pages, rédigée pour le papa de mes enfants, pleine de détails pratiques du genre « les enfants et la famille, mode d’emploi », de recommandations sur le long terme (Kaou a un pied qui en-dedans, surveiller ça au moment de l’acquisition de la marche / Tifenn aura peut-être besoin d’orthodontie, consulter quand ses dents définitives seront en place, vers 10/12 ans) mais intimes et émotionnelles que je n’avais pas eu le temps ou l’occasion de lui dire, parce que, quand même, ça me rassurait de l’écrire, pour le cas où je ne me réveillerais pas de l’opération. La lourde intervention chirurgicale du lendemain, le coma post-opératoire de 36 h d’où j’ai émergé les seins durs comme du bois, suppliant l’infirmière de réa d’aller vite-je-vous-en-prie me chercher mon tire-lait. Le mal que j’ai eu à la convaincre car elle pensait que je délirais puisque j’étais hospitalisée en gastro-entérologie. Les 2 x 120 ml tirés avec soulagement, puis jetés, la chimio qui me transformait en zombie amorphe et nauséeux, incapable de m’occuper de mes enfants âgés de 10 mois, 3 ans 1/2 et 5 ans. Et finalement, la rémission, puis la guérison.
    Et aujourd’hui, je suis enceinte (!) et je m’apprête à connaître un nouvel allaitement dont la dernière tétée, j’en suis convaincue, se fera au moment du sevrage naturel, décidé avec mon enfant, quand le temps sera venu pour nous deux.

    Parfois, la vie nous emmène sur des chemins dont on se serait bien passés…
    Je n’ai pas voulu étaler cet épisode de ma vie mais, juste montrer une note positive et d’espoir, on peut s’en sortir. Nous sommes nombreuses, à avoir connu cette épreuve jeunes mamans et nous en sommes la preuve vivante.
    Gardez le moral, ménagez-vous surtout, car la chimio, c’est atroce et épuisant (malgré Saint-Zophren dont l’inventeur devrait avoir le prix Nobel), alors n’hésitez pas à vous faire aider, la famille bien sûr, mais aussi la CAF, la mairie, les associations de lutte contre le cancer qui ont mis en place des aides aux familles, vous devez pouvoir en bénéficier (demandez à l’assistante sociale de l’hôpital de monter un dossier pour vous).

    Et ne vous laissez pas dire que 26 mois d’allaitement, c’est déjà bien, que c’est suffisant. Si pour vous, et surtout votre bébé, ça ne l’était pas, vous avez le droit d’en souffrir et surtout d’être entendue, votre ressenti est totalement respectable.

    Tous mes voeux de guérison et pensées pour vous Annabelle !

  27. j’en ai eu les larmes aux yeux! que te souhaiter d’autre que de guérir le plus vite possible et d’avoir encore énormément de câlin collé avec tes enfants. Ma prochaine tété aura un autre goût et je pense que je vais profiter de chaque tété car tu viens de nous montrer avec tes mots pleins de sensations, de sentiments que ce bonheur peut s’arrêter du jour au lendemain!

  28. trop joli texte,on rentre vraiment dedans,plongé dans le drame le plus proffond qu une maman puisse ressentir face a ses enfants et sa santé a elle,santé qu une maman met toujours de coté quand elle a des enfants
    l allaitement c est quelque chose qui nous unis encore plus proffondemment a nos enfants
    un lien qui evolue avec le temp
    j ai 41 ans et suis maman de 13 enfants
    que j ai allaité de 3 mois a 18 mois,et j allaite tj mon dernier de 11 mois
    je vous souhaites plein de courrage,une rage de vaincre
    pour vos enfants et pour vous meme
    et merci pour ce texte si fort qui m a fait pleurer

  29. pleins de courage a toi Annabelle et ta petite famille… j’imagine le déchirement que ca a du te provoquer… surtout faire sa dernière tetée aux urgences… comme ca sans qu’on ai eu le temps de préparer son petit ni soi meme d’ailleurs 😦
    j’en ai les larmes aux yeux, nous avons presque le meme age… les coups de la vie sont durs parfois…
    tu es super courageuse devant tes petits… c’est sur que ca fait grandir les enfants plus vite ce genre d’épreuve…
    continue de te battre… j’espère que les chimios ne sont pas trop dures a supporter…
    pleins de bisous et courage…

  30. Je t’envoie des milliards de chaudoudous et j’espère que tu guériras vite pour profiter de ta famille et des câlins collés !
    Savourons chaque jour !

  31. courage l’essentiel est de guerir de pouvoir jouer ,caliner, faire des farces ,des bataille de farinne de la pate a sel plein plein plein d’autre partage qui ne remplaceront jamais celui la mais un jours tu verra ta grande partager a son tour ce moment unique alors bats toi pour etre la courage ca vaut le coup

  32. Beaucoup de courage pour vous Annabelle. Vous êtes une maman formidable et ça c’est évidemment la plus belle des victoires. la prochaine tétée de mon Elise ( 7 mois) sera pour vous pour cet amour, pour vos mots si touchant, pour ce courage.

  33. tout mes voeux de guerison,tout mes voeux de bonheur avec votre famille 🙂
    j ai arrete d allaiter ma fille de 3 ans a la naissance de mon fils il y a10 mois,je comprends cette douleurs de maman si cela devait m arriver…. je pense a vous a votre courage..

  34. j’ai les yeux rempli de larmes c’est tellement dur!! accepter deja la maladie puis accepter un sevrage pour cause de maladie j’espere Annabelle que vous allez mieux que vos enfants s’habitue qu’aux câlins serrés sans tétées et que vous arrivez a l’accepté un peu mieux (l’arrêt brutale ) vous pouvez être fière de vous en tout cas d’ avoir allaité si longtemps et bravo de resté forte pour vos enfants car ils ont besoins de vous meme sil n’y a plus de tétee une maman est irremplaçable . j’espere que vous nous donnerez des bonnes nouvelles a très bientôt j’espère pleins de courage pour cette dure épreuve

  35. Tres tres emouvante histoire ! J’ai les larmes au bord des yeux a lire cette histoire !! Beaucoup de choses, d’info a gerer en mm tps … Et tjs, tjs, la maman qui s’inquiete pour ses petits ! Maman courage, je vous souhaite de tres tres longs calins d’amours a vec vos petits !!!

  36. bouleversant, je suis en larmes devant mon écran… je mesurerai mieux, ce soir, ma chance avec mes 2 loulous aux seins, mon petit de 21 mois et ma grande de 4 ans. Quelle violence la maladie. Plein de courage à vous dans votre combat.

  37. Les larmes aux yeux en te lisant … je te souhaite tout le courage du monde et je t’envoies toutes mes bonnes ondes pour cette guérison …

  38. Vos mots pour décrire cette épreuve, vos émotions m’ont énormément touché. Je vous souhaite à tous, avec la plus grande sincérité, de ressortir victorieuse de cette bataille et qu’il y ai d’autres tétées si le coeur et le corps vous en dit.
    Pleins de courage.
    Affectueusement,

  39. Plein de pensées pour vous
    Le mari d’une copine a eu un lymphome (Hodgink aussi) et aujourd’hui il va bien. C’était il y a 7 ans

  40. Bonsoir Annabelle, super Maman pour superbes enfants.
    j’ai été très affecté quand j’ai arrété (progressivement) de donner le sein à ma fille (pratiquement 3 ans). Ca été dur pour moi. c’est un besoin maternel, mais les banbins grandissent et c’est comme ça. Je comprend cette douleur
    Je te souhaite le meilleur à venir,
    Reste les gros calinou, les bisous d’amour et la présence d’une mère …c’est le plus présieux
    bien affectueusement

  41. Pensées positives à toute la famille. Rétablissez vous bien! Courage! Témoignage plus qu’émouvant, plus que touchant, simplement riche en amour d’une mère pour ses enfants. Encore une fois, bon courage, que tout ces commentaires vous apportent la force!

  42. I À partir d.aujourd’hui vous êtes mon héroïne. Je vous admire de tout mon coeur. J.ai moi aussi affronté deux cancers , ceux de mon compagnon, il s.en est sorti et va bien maintenant. Il faut y croire, avec votre moral de battante et l.amour de vos enfants et de votre chéri vous serez plus forte que la maladie. Vous devez guérir, vous allez guérir! Moi qui était triste à l.idée de devoir sevrer un jour ma petite et de reprendre le travail, vous m’avez remis les pieds sur terre. J.ai honte même d.avoir oublié qu’.il y a de choses tellement plus graves dans la vie… Je suis de tout coeur avec vous. Gardez toujours espoir c.est la clé de tout… Je vous envoie toute mon affection et plein de courage. Elodie, une maman allaitante de 30 ans.

  43. Vous êtes mon héroïne à partir d’aujourd’hui. Vos mots m’ont terriblement émue, je suis en larme depuis une heure. J’ai moi aussi affronté deux cancers, mais pas les miens, ceux de mon ex-compagnon. Il s’est battu et il a guéri, il va bien maintenant alors que ses chances étaient très minces. Gardez toujours espoir, soyez forte, car c’est ce qui vous permettra de guérir. Reposez-vous sur l’amour de votre compagnon et sur l’amour de vos enfants mais donnez leur aussi de la force, ils en auront peut-être plus besoin que vous, car eux ne sont pas aidés par l’instinct de survie qui va vous anime. Juste par leur amour pour vous…
    Quand je pense que j’étais triste à l’idée de devoir un jour non déterminé sevrer ma petite, j’ai honte d’avoir oublié à quel point il y a des choses plus graves dans la vie… Merci de m’avoir remis les pieds sur terre et surtout courage dans cette terrible épreuve. Je vous envoie plein d’amour et plein de courage. Tenez bon… Vous devez guérir, vous allez guérir!!

  44. les larmes me coulent toutes seules… la vie est plus forte que tout,et continuer a pouvoir la partager avec les siens est le plus important. Mais j comprends cette douleur profonde. Allaite c’est tellemnt un lien fort avec ses petits… mais votre présence et vos bras l’est encore plus

  45. Récit très poignant, ma soeur aurait pu l’écrire, la complicité de l’allaitement avec son fils de 24 mois a du s’arrêter brusquement au profil du combat pour un crabe.
    Plein de courage dans cette épreuve.

  46. ❤ Tout mon soutien, beaucoup de courage et une belle guérison. Maudit crabe qui s’insinue dans nos vies. j'en ai encore les larmes aux yeux.

  47. Je relis pour la 4eme fois ce récit…
    Tellement touchant.

    Je suis de tout coeur avec vous et votre famille!

  48. Les larmes aux yeux en vous lisant
    je vous souhaite une bonne guerison ,du courage ,de l’amour et du bonheur

  49. un abbraccio forte forte per te e i tuoi bimbi, pensa a stare bene cosi potrai stare tanto insieme ai tuoi bimbi ^:^ un abbraccio forte
    Ale

  50. Whoua ! Que d’émotions dans ce témoignage ! Ca me rappelle trop de mauvais souvenirs en plus… Pas les miens, ceux d’une maman aussi que j’ai accompagné dans sa guerre contre le cancer et sevrage de la dernière d’1 an. Elle l’a gagné mais que de larmes pour ces dernières tetées (oui pas aussi brutal quand même, d’abord un sein). Mais déjà à l’époque, il n’y avait aucune compréhension, ni ampathie réelle, ni soutien spécifique pour les jeunes mamans allaitantes vivant cela… Je parle d’asso specifique, car des comme la notre si, évidemment mais pas pareil… Mais je vois que rien n’a beaucoup changé et je pleure avec vous tous sur l’inacceptable, la violence de la maladie imprévue et sur votre courage malgré tout. Tout plein d’amour à votre famille !

  51. que dire si ce n’est que votre histoire m’a mis la boule au ventre et les larmes aux yeux!! je connais le bonheur d’allaiter et je vous souhaite qu’une fois cette saloperie derrière vous vous pourrez re connaitre ce bonheur!! plein de courage dans cette épreuve!

  52. Votre texte est magnifique et rempli d’amour… Je vous souhaite de très vite guérir. Vos enfants ne tètent plus mais ils gardent le plus important : une maman formidable.

  53. Je sais que tu es une fille formidable…….c’est une femme elle aussi formidable qui me l’a dit….elle s’appelle Simone….vous avez partagé la mème chambre d’hopital il y a quelques mois…..toutes les deux vous ètes en train de gagner….Vendredi dernier, en ouvrant le journal , Simone, ma maman, est tombée sur un article dans l’Est Rébublicain……Annabelle et ses bracelets…..elle s’est émue jusqu’aux larmes et j’ai compris qu’une magnifique complicité vous unissait….Merci Annabelle…

  54. Bonjour
    J’ai lu votre récit et j’en suis toute bouleversée
    Je suis moi meme maman de trois enfants et j’ai allaiter mon premier jusqu’à l’âge de 2 ans, le second jusqu’à l’âge de 3ans et actuellement ma dernière qui a 10 mois, et je sais que si un jour je devais arrêter brutalement se serait dure pour moi mais si c’est nécessaire je m arrêterais.
    Je voulais donc vous dire bon courage et soigner vous c’est le plus important pour pouvoir vous occuper de vos petits bouts
    Bonne journée

  55. Pfiouuuuu j’ai les larmes qui montent, je tamponne discrètement… Papa et bébé sont juste à côté…
    Que d’émotions…
    Je vous souhaite plein plein de courage et guérissez vite!!!
    J’ai du arrêter les tétées alors que mon ptit chou n’avait que 7 mois, la reprise du boulot fut difficile et le lait s’est tarit doucement… Malgré cela les biberons sont un grand moment de tendresse et chaque petits moments sont propices aux câlins…
    Je vous souhaite tout le bonheur que vous méritez!!

  56. j’ai pleuré en lisant ça…. dites-vous que ce que vous leur avez donné est déjà énorme!! bise…

  57. je vous souhaite plein de courrage dans votre epreuve je suis mois meme maman de deux enfants retablisser vous vite pour pouvoir continuer a vous occuper de vos deux adorable enfants

  58. Bonsoir, Juste un profond encouragement d’une patiente en rémission. J’ai mis mon crabe en boîte et je vous souhaite la même chose. Toujours garder la positive attitude. Vos enfants seront vos piliers dans cette épreuve et l’amour de votre famille sera votre bouée de sauvetage. Vous êtes courageuse et avez trouvé un loisir qui vous occupe avec passion. Je vous souhaite tout le bonheur du monde avec votre nouvelle activité. Vous donnez donc vous recevrez, gardez la foi. Bien sincèrement

    • Bravo!
      Bravo pour votre courage face à la maladie.
      Bravo pour votre courage face à ce sevrage inattendu, obligatoire, soudain.

  59. Quelle émotion de vous lire.. J’ai les yeux remplis de larmes..
    Je vous souhaite beaucoup de courage dans cette épreuve.
    Je vous comprends tellement..
    Mes plus tendres pensées vous accompagnent.
    Melina

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s