Allaiter au boulot

photo-103Reprise du boulot, janvier. J’ai réussi à négocier un ptit bout de congé parental, ma puce a alors 5 mois 1/2.

Je suis prof. Je bosse loin de chez moi. J’ai 3 longues journées dans la semaine. Mais ce cri au fond de mes tripes : NOOOON à la fin de l’allaitement!

Je me prévois un créneau avec l’infirmière. Et c’est parti les lundis, mardis et jeudis midi je m’enferme dans l’infirmerie du collège et pendant ce temps ma collègue part déjeuner.

Je croise parfois des collègues qui me voient attendre devant l’infirmerie avec mon gros sac. « T’as malade? » « T’es punie? ». Les rares fois où j’ose expliquer, les regards changent mais ne deviennent ni bienveillants ni admiratifs. Et là je comprends très bien ce qu’ils veulent dire… Mais je m’en contre fiche.

Les mots (maux) sont parfois bien pires que leurs regards.

Remarques masculines: « tu fais ta vache laitière? » « Aaah (de dégoût) mais tu stockes où ton lait? Y’en a peut être dans la purée de la cantine? » et j’en passe.

Remarques féminines : Tu devrais arrêter, c’est déjà bien/assez ce que tu as fait.

Le doute s’est insinué en moi lorsque ma gynéco et mon généraliste m’ont dit que je devais arrêter. Retour de couche qui n’en finit plus et tension très basse.

Alors j’ai diminué. Je ne tirais plus au boulot. Et forcement ma production a baissé.

Et puis là, il y a la super copine (sage femme qui a un bébé du même âge que la mienne). C’est d’ailleurs elle qui m’a fait connaitre ce site. Anna me dit que je ne dois me fier qu’à moi, que je dois me remettre à tirer. Elle me rebooste, elle me soutient. On se soutient dans nos 1ers pas de maman.

Merci à toi Anna!

Alors je profite des vacances et je m’accroche à mon tire lait.

Voici mon secret: même si vous tirez peu, tirez quand même un certain temps. J’ai remarqué que même si je tire très peu de lait le soir, plus je tire longtemps, plus le rendement le lendemain matin est conséquent.

Alors le tire lait revient au collège avec moi. Les midis où l’infirmerie n’est pas libre, je tire dans ma salle. Drôle de sensation d’utiliser le tire lait derrière mon bureau, face à une salle de chaises vides là où quelques minutes plus tôt ça grouillait d’élèves.

Ma fille a aujourd’hui 8 mois et j’espère pouvoir lui offrir mon lait le plus longtemps possible.

Lorsque le doute vous envahit, répétez-vous que vous êtes des Seintes et non des extraterrestres qui ne se soucient que d’une chose: le bien être de leur enfant.

Par Estelle

Pour aller plus loin :

Le Point sur l’allaitement et le travail

Des ouvrages intéressants

 

Publicités

19 réponses à “Allaiter au boulot

  1. BRAVO BRAVO BRAVO ❤
    Je ne te fais que te répéter ces mots! J'suis en admiration devant ta détermination. Parce que devant une reprise de boulot, des avis opposés, des réflexions toutes plus idiotes et misogynes les unes que les autres, une gynéco et un med ttt totalement à la ramasse niveau AM, devant une fatigue +++, devant un TIRE-LAIT, il en faut de la détermination! !!

    MERCI MERCI MERCI <3, M<3 lui aussi te remercie, grâce à toi il a pu s'remplir le bidon, les cuisses, les joues, du lait de sa maman quelques mois de plus! Et moi j'ai pu par là gagner des heures de câlins intenses avec mon fils, et malgré une déception intérieure, j'éprouve aussi une grande fierté.

    BRAVO et MERCI coach'

  2. Mardi, retour dans ma salle d’op. Dans mon casier, mon tire lait. Mini boule a 5 mois et demi. Pas d’endroit pour tirer, je m’enfermerai dans la douche du vestiaire. Mais je ferai ! Même si j’aurai les commentaires du au bruit de pompage et au dépôt de mon lait dans le frigo de la salle commune. Oui, je suis une seinte. Merci pour ce billet 😉

  3. Retour dans ma classe au mois de janvier également,aussi après un petit congé parental, le même tire-lait qui m’accompagne tous les jours à l’école, les mêmes collègues (plutôt majoritairement féminines dans le primaire) dont les regards obliques en disent long… Et la même motivation à demeurer une seinte. Mon p’tit bonhomme de presque 8 mois continue à me faire comprendre qu’il n’y a rien de mieux que les « tétés » de maman. ALors, lundi, je me sentirai moins seule devant ma salle de classe vide, je penserai à ton témoignage, à mon bout d’chou et le lait coulera à flots… Merci.

  4. Des points communs sauf que je suis en primaire et que jamais personne n’a fait de commentaires ni d’admiration ni de réflexions idiotes comme tu as eu – j’ai peine à croire que l’on puisse entendre ce genre de choses ! Juste des collègues humains … Pas d’indifférence juste un respect de la vie des autres. Je précise que j’ai aussi des collègues masculins !
    Bravo et plein de courage pour poursuivre aussi longtemps que tu le souhaiteras !

  5. Bon, et bien tu viens de décrire ma vie après chaque bébé!!! (j’attends mon 5eme!!lol) sauf que moi, je suis prof d’EPS, et c’est dans le vestiaire dEPS (qui pue la pisse soit dit en passant!!^^) que je dois faire mes petites affaires…après il faut trouver un frigo, pis vite filer à l’Unss, manger quand j’ai le temps…bref…chapeau bas, et fais comme moi: vise les vacances!!lol

  6. oui bravo !! perso (bébé du même âge) je n’ai pas le courage de tirer mon lait au travail, pas d’endroit décent pour tirer ni pour stocker (faut voir l’état du réfrigérateur) alors allaitement au sein matin et soir et nuit et mercredi et we tt le temps que je suis avec mon bb, je ne penses pas pouvoir faire mieux ! tu es une seinte !

  7. Je reconnais le tire-lait sur la photo, cela fait 6 mois que j’utilise le même modèle ! J’ai eu plus de chance que toi, car je n’ai eu que des remarques bienveillantes au boulot, cela m’a même permis de sympathiser avec des collègues que je ne connaissais pas bien et qui, elles aussi, ont tiré leur lait quand leurs enfants étaient plus jeunes.
    Mais je souhaite bonne chance à toutes celles qui, comme toi, ont dû subir des propos déplacés ou des regards désapprobateurs ! Et j’encourage chacune à suivre son cœur, à faire ce qui lui semble bon, sans se préoccuper de ce que peuvent penser les autres.

  8. Bravo !! Et bon courage !! Continue !!
    Je reprends le travail dans 3 semaines, j’ai mon tire-lait de compétition, j’ai contacté la DRH pour gérer le temps avec mon boss, et je ne sais pas encore trop comment je vais gérer ça là-bas, je sens que je vais y aller à tatons, mais une chose est certaine certaine, je vais le faire, je vais y arriver et mon Lapin va pouvoir continuer à boire de ce lait autant qu’il le voudra, ma seule certitude, et ça me fait du bien. Merci d’avoir partagé ça avec nous !

  9. Bonsoir, Estelle
    Ton courrier a suscité beaucoup d’émotions en moi: je suis prof moi aussi, j’ai repris le travail il y a 3 semaines avec aucune envie d’arrêter l’allaitement. J’ai la chance de travailler uniquement par 1/2 journées et à 80% mais il m’est arrivé exceptionnellement de devoir tirer mon lait au collège. Comme toi j’ai du m’installer dans ma salle de classe. Comme toi j’ai croisé des regards ou entendu des rires plus ou moins dissimulés… Peu importe, je me sens confiante et fière de ce que je fais. Peu importe aussi les remarques de l’entourage (« Tu ne va l’allaiter jusqu’à 20 ans, quand même? » ou encore « J’ai diversifié l’alimentation de mes enfants tôt et ils sont en bonne santé » …) ou de certains « professionnels » (j’ai halluciné sur ce qu’on t’a dit!!!), on sait au plus profond de nous que ce qu’on fait est bien car on se fait plaisir et surtout, surtout, on fait plaisir à nos bébés. Vive nous!
    Et merci à ma copine Emilie de m’avoir fait connaître ce blog … et pour plein d’autres choses!

  10. Super témoignage dans lequel je me reconnais énormément! J’ai repris au 3 mois de mon fils, je tirais 2 fois par jour car avec une seule fois je trouvais que ça diminuait trop. J’étais kine en hôpital, je tirai quand un de mes tient étaient sur le vélo après sa séance, 2 fois 10 minutes. Beaucoup beaucoup de remarque de dégoût des hommes, de critiques sur ma fatigue, le fait que je devais lâcher mon fils de la part des femmes. Mais j’ai tenu. J’ai tiré jusqu’à ces 1 an, quand je suis passée en libéral et à faire que domicile. Perso, ça ne m’a jamais pesé, au final ça me permettait d’avoir un moment dans la journée pour me sentir poche de mon fils pour pouvoir penser à lui t seulement à lui. Pour le futur bébé, c’est sur je tirerai encore! Bravo à toi et mercier ton petit coeur

  11. J’ai fait la même chose avec le même métier, j’ai eu le même genre de remarques plus que je mangeais toute seule le midi vu que personne ne m’attendait (alors que pour d’autres raisons, ils attendent les gens…). Mais j’ai eu quand même deux collègues qui sont venues me voir discrètement : « tu sais, moi aussi, j’ai allaité jusqu’à 2/3 ans »^^. Je tirais dans ma salle de cours personnellement.
    Le problème du milieu prof, c’est qu’il sont finalement dans l’ensemble très « traditionnels » niveau mode d’éducation, et ont très peur de l’enfant-roi et tout le décorum en plus d’être persuadés de tout savoir sur l’éducation…
    Continue, ce n’est que du bonheur, ma fille a maintenant presque 3 ans et toujours au sein! (après les remarques se calment, tu es classée dans la catégorie irrécupérable beatnik)

  12. Quel courage, et quelles détermination ! J’ai fait le choix d’allaiter longtemps moi aussi, mais je travail à domicile, et je ne sais pas si j’aurais eu la force et le courage de vivre ce que tu décris. Alors respect !

  13. Ton article me rappelle des souvenirs… J’ai moi aussi tirer mon lait au travail pendant près de 4 mois. J’ai commencé dans un bureau vide (le seul de la société non-vitré et fermant à clé). Malheureusement, au bout de 2 mois, une collègue est arrivée et je me suis retrouvée dans un local de mécanique à la propreté très douteuse… J’ai fait ça pour ma fille mais je ne le referai pas. Je suis enceinte et je ne me voie pas replonger dans cette galère : toujours pressée à midi (pause déjeuner très courte), ne pas oublier les bouchons/le pain de glace etc.

  14. Je reprends lundi et j’avoue que j’appréhende ces moments tire lait enfermée a double tour ds mon cdi. Combien de fois tirer ? Vais je en avoir assez pour mon petit glouton et ses 3 biberons chez nounou ? Je redoute l’engorgement. Beaucoup de questions mais une grande volonté de garder ces moments d’amour avec mon fils. J’aurais l’impression de le trahir que de passer aux bib. Et en fait j’en ai aucune envie. Alors oui, je crois que je suis une seinte 🙂 dommage qu’on soit si peu soutenue.

  15. Bonjour

    Moi je suis infirmière. j’ai repris le boulot, mon bébé avait tout juste 3 mois. Je tire mon lait au boulot, 1xjour, et je travaille sur une amplitude horaire de 12h, une sem de 5 jours, une sem de 2 jours.
    Et je me prends pas mal de réflexions au boulot par rapport au fait que je tire mon lait. On me prend pour une extra terrestre, ou une folle, j’en sais rien.
    Les gens me disent que je suis  » courageuse, mais qu’ils ne feraient pas comme moi ».
    Je suis obligée de m’enfermer dans la réserve de matériel, avec mon tire lait et ma blouse.

    Je suis plus que motivée mais j’ai des baisses de lait… alors je le met au sein au max quand je suis off.

    Nous sommes des héroines du quotidien. BRAVO a nous toutes et vive les blogs et les groupes de soutien pour cette merveilleuse aventure de l’allaitement maternel 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s