Le savais-tu ?

tetee

Le savais-tu, toi, que c’était la dernière, ce matin-là, lorsque tu m’as rejointe dans mon lit pour te réveiller tout en douceur contre moi ?

Je n’ai oublié aucune de nos tétées, aucun de ces moments où nous semblions hors du temps, hors de l’espace. Juste TOI et MOI.

Je n’ai pas oublié la toute première. Tu avais une demie heure, la sage-femme venait de te remettre dans mes bras après t’avoir pesée et auscultée. Tu étais calme, tellement calme. Nous étions perdues dans le regard de l’autre. Je t’ai proposé le sein et tu l’as accepté comme une évidence. Tu as tété comme si tu l’avais toujours fait, je n’ai ressenti ni pincement ni sensation désagréable. Et tu t’es endormie dans mes bras.

Je n’ai pas oublié que nourrisson, lorsque tu avais faim, tu ne pleurais pas tu grognais doucement. Comme un langage secret entre nous. Et parfois, lors d’un câlin, tu te mettais à secouer ton nez devant ma poitrine, bouche ouverte, cherchant le sein béni. Parfois tu le faisais à ton papa aussi, ce qui nous faisait bien rire. Tu ressemblais à un petit animal, ce qui t’a valu de ma part le surnom de belette. Ma belette. Tu étais si attendrissante dans ces moments-là que ma seule envie était de te serrer dans mes bras très très fort pour te protéger toute la vie.

Je n’ai pas oublié à quel point j’appréciais les tétées nocturnes, le fait de t’avoir rien que pour moi dans le silence de la nuit. J’aimais tant dormir avec toi contre mon ventre. Et ça m’arrivait de rester éveillée juste pour te contempler et te renifler.

Je n’ai pas oublié non plus tes éclats de rire francs lorsque je commençais à me déshabiller, tes acrobaties dans le bain pour boire un peu de mon lait et le fait que ton troisième mot, après maman et papa, fût tété. A la fin, tu précisais même tété gougoutte au cas où je n’avais pas compris.

Et je souris en repensant à nos tétées insolites : dans la salle d’attente du docteur, dans la salle de jeux des enfants, au zoo sur un banc devant l’enclos des lamas, à Nausicaa bien camouflée dans l’écharpe alors que moi je continuais la visite comme si de rien n’était…

J’ai adoré t’allaiter ma puce. J’ai tout aimé. J’ai aimé chaque jour de notre allaitement, du premier au dernier. Je suis tellement heureuse qu’il se soit terminé de cette manière, si doucement, si sereinement qu’au moment de notre dernière tétée je ne savais pas que c’était la dernière. Mais peut-être que toi, tu le savais…

PS : MissTrouspette, ma petite dernière, mon bébé, mon aimée, s’est sevrée toute seule à l’âge de 26 mois. Mon petit cœur de maman est partagée par la fierté de la voir grandir et prendre son indépendance sans mon aide et par la nostalgie. J’ai tellement aimé les allaiter mes quatre bébés.

Esperanda, du blog Maman au foyer, c’est pas un métier

Publicités

8 réponses à “Le savais-tu ?

  1. C’est si émouvant je suis contente que pour toi j’espère que mon futur allaitement soit réussi ( j’accouche en avril ) avec mon premier sa c’est très difficilement passé, mais je suis très confiante pour le prochain je me suis préparée depuis plusieurs moi. Si j’ai besoin de conseils je passerai surement par là. Voici mon mail, (***sur demande***) envoie moi le tiens STP je souhaiterai prendre contacte avec toi.
    Bisou

    • Merci. Je te souhaite un bel allaitement pour ce deuxième bébé alors. Je pense que les maitres mots sont « t’écouter et écouter ton bébé » et « t’entourer de personnes bienveillantes » que ce soit en chair et en os ou en virtuel.
      Pour ma part je n’avais aucun conseil, aucune maman allaitante dans mon entourage, mais j’ai trouvé l’appui et les informations dont j’avais besoin sur un petit forum sans prétention : nosbébésarrivent.org

  2. très beau….le mien à fini avec 3 ans et demi… et je suis nostalgique…il en a 4 ans…. il grandissent trop vite!

  3. Magnifique témoignage d’une maman à son bout de chou! Je garde moi aussi un merveilleux souvenir de mon allaitement qui s’est malheureusement achevé brutalement par une crève de la tétée à 15 mois et demi…j’en garde encore un goût amer mais j’ai appris à faire avec et ne pas en vouloir à mon Boubou!

  4. Très beau et bien décrit, c’est vrai que c’est un lien unique. Moi et mon « petit » bébé de 31 mois, on arrête..c’est la fin.. Dur dur pour lui, et je dois bien l’avouer..pour moi aussi. Mon bébé devient grand..et c’est du bonheur en perpétuel évolution. Au cours de l’allaitement on entend tout le monde et n’importe qui se mêler de votre allaitement et de sa durée dans le temps..de toutes les horreurs que vous êtes peut etre entrain de provoquer sur le futur comportement de votre enfant .
    A refaire. ..je ne changerai rien 🙂

  5. Merci pour ce beau texte. Mon ange a tout juste 2 mois. Tout ce que vous avez décrit est tout ce que j’aime partager avec lui. J’espère pouvoir le faire aussi longtemps que possible. J’ai versé des larmes de tristesse et bonheur à chaque mot: de bonheur parce que je le vis et espère pouvoir m’en souvenir toute la vie. De tristesse car il y a forcément un temps pour tout, mais aujourd’hui je ne peux m’imaginer encore la dernière fois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s