« Comme quoi, l’allaitement… »

seinte2003

C’est une remarque, une phrase en suspens, que – je crois – toutes les mères allaitantes ont entendu au moins une fois. Pour les plus chanceuses.

Côté bébé, un gros rhume, une gastro, une bronchiolite, une mauvaise prise de poids, des allergies…

Côté maman, des kilos de grossesse qui s’accrochent, une fatigue intense… et parfois pire, un cancer.

Face au moindre souci que peut rencontrer l’enfant ou la mère, voire les parents, au fil de l’allaitement, on l’entend : « Comme quoi, l’allaitement… » et ce silence désinformé qui suit souvent ces mots, parfois accompagné d’une mimique de désapprobation, ou d’un rictus sarcastique.

Comme quoi, il ne protège finalement pas du rhume, ton lait.

Comme quoi, il n’est pas complètement suffisant pour ton bébé, ton lait.

Comme quoi, tu retrouves pas ta ligne plus vite, avec ton lait.

Comme quoi, c’est pas moins fatigant de le donner, ton lait.

Une phrase qui cache une croyance largement répandue : le lait maternel serait MAGIQUE !

Comme quoi, ton lait, il n’a finalement pas assez de super pouvoirs que ça. Même pas capable de protéger ton enfant de tous les virus qu’il croise, de résoudre tous ses soucis de santé, de lui faire suivre au millimètre près le couloir de courbe de l’OMS, de te faire rentrer dans un petit 36 à l’aise, de le faire dormir 10 heures de suite sans réveil, de te protéger à vie de toutes les maladies…

Comme quoi, allaiter, hein, ça sert à rien.

Le raccourci est vite fait pour beaucoup, cette ellipse logique qui donne à certains bonne conscience de ne pas avoir fait le choix de l’allaitement, à d’autres le plaisir étrange de ne pas « culpabiliser » face au malheur ponctuel ou durable.

Pour d’autres, juste une petite phrase qui résume un ras-le-bol, marre de voir ces actus qui surgissent dans leur fil d’actualité sur les réseaux sociaux, et qui parlent des « bienfaits du lait maternel », « l’or liquide », « l’allaitement et ses bienfaits »…

Comme quoi l’allaitement, on nous bourre bien le mou avec, mais finalement, c’est encore un truc dont on se passe très bien.

Très certainement, si on choisit d’allaiter en croyant fort que ce choix va apporter un arc-en-ciel de protection sur toute la famille, on se fourre le doigt dans l’oeil jusqu’au téton.

Le lait maternel n’est pas magique. L’allaitement n’est pas miraculeux : c’est juste notre norme biologique.

Nous sommes des mammifères, nos futurs enfants se développent in utero, nous leur donnons naissance au bout de 9 mois de gestation, normalement par voie vaginale, et notre corps poursuit son rôle nourricier grâce à nos mamelles en produisant un colostrum, puis un lait adapté aux besoins changeants d’un petit d’homme, pendant ses premières années de vie.

Un paragraphe de biologie de base, qu’on pourrait trouver rédigé dans un cahier à spirales de cours de 5e. Et pourtant, qui soulève les passions.

Allaiter, ça n’a rien d’exceptionnel pour un mammifère, et pourtant pour nous autres femmes c’est parfois un combat de tous les jours.

Non, l’allaitement n’est pas magique. Le lait maternel devrait être l’aliment « normal » du bébé : le plus répandu (comme c’est déjà le cas dans certains pays, notamment grâce à la prise en compte des facteurs économiques et culturels propres à notre espèce…), et surtout celui de « référence ».

Non, un bébé allaité n’est pas magiquement protégé du moindre rhume qui lui passerait par les narines.

Non, un bébé allaité n’est pas magiquement préservé de tous les problèmes de santé possibles et imaginables.

Non, un bébé allaité ne dort pas « moins bien », il dort selon le rythme prévu par des siècles d’évolution.

Mais surtout NON, ce n’est pas parce qu’un bébé allaité est malade, de petit poids… que l’allaitement serait inutile, surfait, « encore un truc à la mode pour les bobos », à dénigrer.

Nombreuses sont les études qui vantent les bienfaits de l’allaitement, prouvant par a + b que les enfants allaités, a fortiori au long cours, sont « moins malades », « en meilleure santé », « plus intelligents »… Plein de guillemets autour de ces expressions très en vogue chez les rédacteurs en chef de magazine en ligne. Ca fait du clic.

L’allaitement est la norme de notre espèce, notre lait n’est pas magique. Notre lait est juste ce qui est le mieux car le plus adapté. Une sécrétion de notre corps qui a évolué pendant des centaines de milliers d’années pour répondre au plus près aux besoins de notre enfant. Il n’y a pas de département recherche et développement derrière, pas de brainstorming des équipes de marketing, pas de logistiques d’import/export.

Un enfant allaité sera malade un jour ou l’autre – et le lait l’aidera à combattre au mieux les microbes, et c’est normal.

Notre lait est en nous, il est prévu pour nos enfants, il n’est pas magique, il est normal.

Normal, quand on accepte de se définir comme ce que nous sommes : des mammifères.

Normal, quand on se rend compte du continuum entre la conception d’un enfant, la grossesse, l’allaitement.

Nos bébés ne sont pas miraculeusement protégés de toutes les emmerdes de la vie par notre lait, mais ils ont toutes les chances de leur côté pour mieux grandir, mieux résister, mieux combattre.

Le jour où vous entendrez cette phrase, teintée de suspicion, ne doutez pas.

Le jour où votre choix sera remis en cause – est-ce vraiment le mieux ? -, ne doutez pas.

Le jour où vous vous sentirez esseulée, et qu’un « Bof, comme quoi l’allaitement… » viendrait vous gratouiller l’arrière de la tête et faire couler quelques larmes, ne doutez pas.

Vous n’êtes pas magicienne, vous êtes une mère.

Mais votre don littéral d’une partie de vous-même, de jour, de nuit, au fil des semaines, des mois et des années, en dépit de tellement d’obstacles, de désinformation, de baisses de moral, de manque de soutien… lui il est magique.

Bravo.

Publicités

19 réponses à “« Comme quoi, l’allaitement… »

  1. Pas plus tard que la semaine dernière après avoir eu les resultats de la pds de Ouistiti, j’ai eu un beau « bah alors ça a servi à quoi que tu l’allaites si ses défenses immunitaires arrivent à être trop basses »…

  2. Ce que j’ai pu l’entendre cette petite phrase… Mais heureusement, je l’ai aussi entendue version positive, comme quoi, l’allaitement… ☺

  3. Bien heureusement je n’ai jamais entendu cette phrase, mais ça me désole que certains ose le dire Pffff …. (Titou encore en cours de 26 mois)

  4. TELLEMENT, TELLEMENT VRAI!!!!!!!!!!!
    comme ca fait du bien de lire un article comme celui là
    MERCI MERCI MERCI

  5. Les choses simples ne devraient pas avoir besoin d’être précisées. Et pourtant… Bravo, tu le fais très bien.
    La dernière tétée que j’ai donnée remonte à 18 ans pour mon 2nd, de très bons souvenirs. Et d’autres moins avec à mes cotés belle maman : « tu n’as pas assez de lait, il n’est pas assez nourrissant, mon petit-fils a encore faim, donne lui un biberon c’est mieux, au moins tu sais ce que tu lui donnes et c’est conçu exprès… ». Pour l’anecdote, Belle maman n’a jamais allaité. Un peu dur pour le premier mais pour le 2nd j’avais appris à sélectionner ce que j’avais envie d’entendre.
    Et si le lait maternel n’est pas « magique », pour moi les moments où j’ai allaité l’ont été. Rien que pour ça, ça vaut le coup !

  6. Merci pour ce magnifique article, très émouvant !
    Tout est tellement vrai. On nous fait souvent sentir qu’allaiter « longtemps » est comme une lubie un peu folle, alors qu’effectivement, ce n’est que la norme de notre espèce ! La norme biologique oui, la norme sociale on en est loin :/

  7. Oh oui je l’ai eu celle là, sous une forme un peu différente. Ma belle-soeur qui m’avait sorti pour mon deuxième quand on a appris qu’il était polyallergique : « mais je pensais que l’allaitement protégeait contre les allergies… ».
    Cette idée que l’allaitement est un grand bouclier est salement répandue.
    Alors que c’est juste la norme, l’aliment qui permet aux enfants de se développer de façon optimale, pas surhumaine.

  8. Comme quoi, l’allaitement c’est magique et sa m’a guéri de mon mal-être.
    Lors de ma première grossesse j’ai fait face à des commentaires qui m’ont bien démuni pour continuer mon allaitements et pour avoir la tranquillité j’ai opté pour un allaitement mixte qui c’est terminé au bout de 6mois et je n’ai pas gagné face au biberon.
    Pour ma seconde grossesse je me suis armée de toutes les infos nécessaires au bon déroulement de mon allaitement et surtout pour clouer le bec à celui qui oserait ouvrir la bouche. Je suis fière de moi et de mon fils, il a 23 mois dans un mois il aura 2 ans et je compte bien aller au delà surtout quand je vois la façon qu’il a de se jeter sur le sein c’est comme si c’était la première fois.
    Donner le sein c’est ma drogue à moi.
    Merci pour ton article😃

  9. C’est vraiment un très bel article. ^^
    J’ai allaité mon fils à peu près jusqu’à ses 1 an, à la fois par obligation (sans m’étendre sur ma vie qui n’intéresse personne, disons que si par malchance je n’avais pas pu l’allaiter, j’aurais été dans l’incapacité financière de le nourrir…) et par choix (c’est naturel et au moins je savais ce qu’il buvait).
    Je n’ai jamais eu droit à ce genre de réflexion et heureusement !
    Si un jour j’ai la chance d’avoir d’autres enfants, je sais que je les allaiterai également. ^^

  10. Merci pour cet article! J’ai tellement entendu cette phrase… et je l’entend encore. J’espere que tu m’as donné la force de leur répondre cette fois ci!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s